Anniversaire de la Vème République : "Nous avons besoin d’un texte qui renforce les pouvoirs du Parlement et qui soit ouvert aux enjeux de la société"

Anniversaire de la Vème République : "Nous avons besoin d’un texte qui renforce les pouvoirs du Parlement et qui soit ouvert aux enjeux de la société"

Anniversaire de la Vème République : « Nous avons besoin d’un texte qui renforce les pouvoirs du Parlement et qui soit ouvert aux enjeux de la société »

Lors de la séance de questions au gouvernement, Isabelle Florennes a interpellé Nicole Belloubet, ministre de la Justice, au sujet de la réforme des institutions. À la veille de l'anniversaire de la Vème République, la députée des Hauts-de-Seine a demandé des précisions quant au calendrier de la révision constitutionnelle.

Retrouvez le texte et la vidéo de sa question, ainsi que la réponse de la ministre :

 

[Seul le prononcé fait foi]

Demain, nous fêterons les 60 ans de notre Constitution.

Nous sommes nombreux, sur ces bancs, à être attachés à ce texte fondateur.

Certains pensaient qu’il ne survivrait pas à ses rédacteurs, tant ceux-ci l’incarnaient.

Et pourtant, il aura permis les alternances et affronté les tempêtes, il aura accompagné les évolutions sociétales et surmonté les affres de notre vie politique pour nous parvenir, quasiment intacte.

C’est sans doute là son talon d’Achille. Car si ses fondements sont suffisamment solides pour lui avoir permis de traverser tout un pan de notre histoire politique, il souffre de n’avoir pas fait l’objet d’une transformation qui le protège de l’obsolescence, et nous permette de faire face aux temps qui viennent.

Il en va de sa pérennité.

Nous avons besoin d’un texte qui renforce les pouvoirs du Parlement en mettant à sa disposition de nouveaux outils et en garantissant ceux déjà en sa possession.

Nous avons besoin d’un texte ouvert aux enjeux de la société qui le porte. Je veux parler de la différenciation territoriale, du changement climatique et du principe d’égalité entre les hommes et les femmes.

Il s’agit, enfin, de réformer notre Constitution pour qu’elle redevienne « parlementaire ET présidentielle », comme avais coutume de la dire son fondateur.

Madame la Ministre, il paraît indispensable d’avoir une plus grande lisibilité sur la réforme constitutionnelle engagée à la fin de la session extraordinaire. Seriez-vous en mesure de nous donner des éléments de calendrier sur ce sujet ?

Close