Annonces d’Edouard Philippe : une main tendue à saisir

Annonces d’Edouard Philippe : une main tendue à saisir

Annonces d’Edouard Philippe : une main tendue à saisir

Paris, le 4 décembre 2018

Le groupe Mouvement Démocrate et apparentés salue les annonces présentées ce jour par le Premier Ministre Edouard Philippe, « véritable geste d’apaisement qui doit permettre un dialogue nouveau avec tous les Français. Nous avons été élus en 2017 pour moderniser le pays qui avait tant souffert de la décennie immobile Sarkozy-Hollande. Nos réformes conduiront à des progrès mais il convient d’apporter aussi des réponses immédiates à ceux qui ne peuvent pas attendre » selon Patrick Mignola, Président du groupe Mouvement Démocrate et apparentés et député de Savoie.

« Les moratoires en sont une, le travail sur la justice fiscale et la justice territoriale doit être accéléré et partagé avec les Français sur le terrain. Agir pour les Français qui travaillent mais ne s’en sortent pas, du fait de leur naissance ou de leur territoire, doit être le cœur du projet de société que nous portons au sein de la majorité. »

Le groupe Mouvement Démocrate et apparentés appelle désormais les gilets jaunes et plus largement l’ensemble des Français à saisir cette main tendue par le Président de la République, le Premier Ministre, le Gouvernement et les Parlementaires à engager cette nouvelle phase de concertation dans le respect de chacun et dans un esprit de responsabilité.

Pour Patrick Mignola : « faire un pas vers l’autre, ce n’est pas reculer. C’est au contraire un vrai pas en avant vers tous les Français qui souffrent depuis des décennies et à qui nous devons apporter d’urgence des réponses concrètes. Ni Emmanuel Macron, ni les députés de la majorité n’auraient été élus il y a 18 mois si les Français n’avaient pas, déjà, voulu renverser la table. Et renvoyer chez eux ceux qui avaient, en 10 ans, augmenté les taxes deux fois plus vite que les salaires ». 

Le groupe Mouvement Démocrate et apparentés note enfin avec satisfaction que le Premier Ministre, tout en souhaitant continuer à garantir le droit à la manifestation, s’est montré intransigeant sur les questions d’ordre public posées ces derniers jours par une minorité de manifestants casseurs ou « menaceurs » doit être punie de la manière la plus sévère qui soit. « on ne confond pas ceux qui veulent éviter la relégation et ceux qui veulent violemment la révolution : ceux-ci doivent savoir que nous leur répondrons avec la plus grande fermeté » conclut Patrick Mignola.

Close