Blocage à Arcueil et Nanterre : « En démocratie, une minorité ne peut imposer sa loi à la majorité »

Blocage à Arcueil et Nanterre : « En démocratie, une minorité ne peut imposer sa loi à la majorité »

Blocage à Arcueil et Nanterre : « En démocratie, une minorité ne peut imposer sa loi à la majorité »

Le groupe Mouvement Démocrate et apparentés entend dénoncer avec la plus grande fermeté les blocages inadmissibles qui ont empêché des étudiants de passer leurs examens aujourd’hui à Arcueil et Nanterre et qui ont conduit à leur annulation.

Le texte de loi « Orientation et Réussite des Etudiants », débattu au Parlement pendant plusieurs mois, a été adopté à une large majorité et contient des avancées notables tant sur le plan de l’orientation que sur celui du soutien aux filières sous tension.

« Il n’est pas acceptable de laisser diffuser de fausses informations selon lesquelles ce texte imposerait la sélection à l’entrée de l’université. Le droit d’étudier, comme le droit d’expression, est un droit fondamental que le groupe MoDem entend défendre tout en donnant des moyens nouveaux à notre enseignement supérieur. »

Philippe Berta, membre de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation

De plus, alors qu’une très large majorité des étudiants se prononce contre ces blocages, il n’est pas tolérable que quelques centaines d’étudiants, soutenus par des organes politiques, s’arrogent le droit de décider de l’avenir de tous les autres.

« Il est inacceptable que le blocage perdure dans ces conditions, alors même que la présidence de l’université met tout en œuvre pour, à la fois, établir un dialogue avec les personnels et étudiants bloqueurs et pour permettre aux étudiants qui le souhaitent de passer leurs épreuves sereinement. Les responsables politiques nationaux comme locaux qui ont apporté leur soutien à ce mouvement font preuve d’irresponsabilité politique et manquent à leur devoir républicain. »

Isabelle Florennes, députée de la 4e circonscription des Hauts-de-Seine (Nanterre-Suresnes)

Le groupe Mouvement démocrate et apparentés appelle à la fin des blocages afin que puissent se tenir dans de bonnes conditions les examens de fin de semestre.

« La démocratie permet à chacun de s’exprimer ; elle ne saurait accepter, en revanche, qu’une minorité impose sa loi à la majorité. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons apporter tout notre soutien aux forces de l’ordre qui sont intervenues ce matin ainsi que notre solidarité aux étudiants qui ont été empêchés de passer leurs examens. »

Marc Fesneau, président du groupe MoDem et apparentés

Close