Démission de Nicolas Hulot : "Le combat pour la planète est le combat du siècle"

Démission de Nicolas Hulot : "Le combat pour la planète est le combat du siècle"

Démission de Nicolas Hulot : « Le combat pour la planète est le combat du siècle »

Le groupe MoDem prend acte de la démission de Nicolas Hulot.

Sa nomination, en tant que ministre de la société civile, incarnait un véritable espoir, même si nous connaissions depuis longtemps son hésitation à s’engager politiquement puis celle à rester ministre. Sans s’appesantir, on ne peut que regretter les conditions dans lesquelles, sans prévenir ceux qui l’avaient nommé, il a pris sa décision.

Cette décision est regrettable au regard du bilan positif de l’action du gouvernement dans le domaine de l’environnement en moins d’un an : abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, arrêt du forage des hydrocarbures, fin des centrales à charbon, reconversion de Fessenheim, plan biodiversité et isolation des bâtiments, fiscalité différenciée du diesel, inscription du défi climatique et de la biodiversité dans la Constitution. Sans oublier, bien entendu, le choix unique de la France d’interdire les néonicotinoïdes et de s’engager à sortir du glyphosate en trois ans. C’est aussi le sens de la mission d’information parlementaire dont le groupe MoDem est à l’origine et qui vise à identifier les freins à la transition énergétique.

Un bilan objectivement bien plus étendu que bon nombre de ministres et de gouvernements qui nous ont précédés, un bilan dont Nicolas Hulot devrait être fier. Un bilan dont nous sommes fiers.

Notre groupe remercie donc très sincèrement Nicolas Hulot de son action, de son travail, de son rôle dans le gouvernement et, depuis bien plus longtemps, de sa capacité à éveiller les consciences.

Des petits pas certes, mais aussi de grandes avancées, comme toute action politique depuis le début de l’histoire de l’humanité. C’est cela la responsabilité politique. Savoir avancer coûte que coûte, savoir gérer des transitions en étant déterminés sur l’objectif à atteindre. Au « sur place » et au grand soir qui n’arrivent jamais, nous préférerons toujours les petits pas.

Ce combat pour la planète est le combat du siècle.

Il a besoin de combattants déterminés, qui sachent convaincre, faire partager les causes et la nécessité des transitions ; de combattants qui ne renoncent jamais à faire face aux défis immenses du réchauffement climatique, de la préservation de la biodiversité et d’un changement profond de notre modèle économique. Sans démagogie, sans facilité et en accompagnant les plus fragiles d’entre nous dans ces difficiles mutations. Il en va de la simple présence humaine, à terme, sur cette planète.

Son départ ne rend que plus nécessaire la mobilisation de tous pour faire avancer ces sujets. Le retrait de l’un de ses combattants ne réduit pas la cause qu'il a défendue. Bien au contraire. Chacun est responsable et c’est seulement si chacun se sent responsable que nous y arriverons. Pour réussir, c’est une œuvre collective que nous devrons mener et non individuelle. Et c’est ce que nous allons, plus déterminés que jamais, porter au Parlement.

Close