Des mesures concrètes pour transformer notre système de santé

Des mesures concrètes pour transformer notre système de santé

Des mesures concrètes pour transformer notre système de santé

Le groupe MoDem et apparentés se réjouit de l’adoption en 1ère lecture à l’Assemblée nationale, du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé.

Pour Cyrille Isaac-Sibille, député du Rhône et orateur du groupe sur ce texte : « La désertification médicale est l’une des principales préoccupations des Français. Nous l’avons constatée, à nouveau, dans le cadre du Grand débat national. En réformant les études médicales, le numerus clausus, en incitant à l’installation des jeunes médecins dans les zones désertifiées, sans les contraindre, mais aussi en développant et en structurant mieux les collectifs de soins de proximité, ce projet de loi apporte des réponses concrètes, de court comme de long terme ». Un projet de loi, qui, pour Cyrille Isaac-Sibille, réorganise en profondeur notre système de santé et s’articule en cohérence avec les négociations conventionnelles en cours et le prochain projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Plus spécifiquement, sur la question du numérique, ce projet de loi présente également de véritables avancées. Pour Cyrille Isaac-Sibille, « les données de santé sont une chance pour réduire les inégalités de santé qui s’installent dès le plus jeune âge. A ce titre, nous nous félicitons de la création de la nouvelle Plateforme des Données de Santé qui intégrera, sur proposition de deux amendements de notre groupe, des données interopérables au niveau européen, et des données préventives issues des registres de la médecine scolaire, de la médecine du travail ou encore de la PMI. C’est grâce à des données affinées que nous pourrons conduire une véritable politique de santé publique. »

Le groupe Mouvement Démocrate et apparentés est heureux d’avoir été entendu, par l’adoption de plusieurs de ses amendements :

  • Une plus grande implication des élus locaux et des usagers dans l’élaboration des politiques de santé sur le territoire
  • La possibilité pour les professionnels paramédicaux, comme les kinésithérapeutes, de cumuler une activité libérale et une activité hospitalière.
  • L’ouverture automatique dès le plus jeune âge, avec accord des parents, de l’espace numérique de santé et du dossier médical partagé, permettant de donner une vraie dynamique en termes de données numériques de santé pour la prévention.

Cyrille Isaac-Sibille conclut : « Si la question de la prévention est peu abordée dans ce projet de loi, la création du groupe d'études "prévention en santé" dont j’ai l’honneur de partager la présidence avec mon collègue Jean-Carles Grélier, permettra de bâtir un constat et de proposer des solutions, qui aboutiront, je l’espère, à des mesures fortes et ambitieuses ».

Close