"Et si on reparlait (vraiment) de politique familiale ?" Nathalie Elimas

"Et si on reparlait (vraiment) de politique familiale ?" Nathalie Elimas

« Et si on reparlait (vraiment) de politique familiale ? » Nathalie Elimas

 

Paris, le 25 juin 2019 - Le groupe Mouvement Démocrate a annoncé son intention d’utiliser son droit de tirage pour créer une mission d’information sur « L’adaptation de la politique familiale française aux défis de la société du XXIe siècle ».

Je suis très fière et honorée que mes collègues aient choisi de me confier la responsabilité d’en être rapporteure. Je suis convaincue, en effet, que la famille doit demeurer l’un des socles de notre société et qu’il nous revient désormais d’adapter nos politiques publiques à ses évolutions.

Nous ne pouvons nous contenter d’un sempiternel débat sur les allocations familiales lors de l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale, chaque automne, pour ne plus en entendre parler les dix autres mois de l’année.

Ce sujet n’appartient ni à une majorité, ni à un parti, ni à un groupe. Nous souhaitons engager une réflexion collective pour enfin répondre aux défis qui sont devant nous :

  • La démographie française fut longtemps l’une de nos forces. Depuis plusieurs années, elle se délite. Voulons-nous accepter cette situation ou tenter d’y remédier ? Auquel cas, sommes-nous prêts à mener une véritable politique nataliste dans notre pays en déployant tous les leviers – y compris fiscaux – à notre portée ?
  • Les modèles familiaux se diversifient. L’ouverture de la PMA à toutes les femmes, si elle est votée dans la loi bioéthique, y contribuera encore davantage. Bien loin des altercations violentes que ce sujet engendre parfois, nous devons poser les bases d’un débat serein pour en identifier toutes les conséquences juridiques, culturelles et sociales.
  • Notre modèle français de protection sociale, dont nous avons raison de vanter l’universalité, est toutefois de plus en plus questionné. Répond-il toujours aux exigences du temps, notamment dans un cadre familial ? Apporte-t-il toute la sécurité nécessaire aux aidants familiaux et en particulier aux plus jeunes d’entre eux ? Nous permet-il d’accompagner dignement nos aînés vers la perte d’autonomie ?

Plusieurs de ces questions ont d’ores et déjà été soulevées par le gouvernement. Mais jamais elles n’ont fait l’objet d’une réflexion commune tendant à répondre à la question suivante : quelle politique familiale voulons-nous pour notre pays ? Ce sera l’objet de cette mission d’information.

La méthode, en quelques points

  • Chaque groupe d’opposition ou minoritaire peut, une fois par session ordinaire, obtenir la création d’une mission d’information. Celle-ci, qui traite généralement d’un sujet sensible ou d’un thème d’actualité, doit assurer l’information des députés et les assister dans leur mission de contrôle du gouvernement. Ses travaux comprennent des auditions et des déplacements.
  • Nous voulons que le mot d’ordre de cette mission d’information soit la transversalité. Entre les groupes politiques, d’abord, car c’est un sujet qui intéresse tous les bords et qui doit s’enrichir de toutes les sensibilités. Entre les différentes commissions permanentes, ensuite, car nous avons tout autant besoin d’en percevoir les résonances économiques, sociales, budgétaires, que culturelles, juridiques ou même encore européennes, si nous voulons nous appuyer sur l’exemple de nos voisins européens.
  • Le calendrier sera précisé lors de la composition du bureau, avant l’été. Mais nous pouvons déjà établir que les travaux de la mission d’information auront aussi vocation à enrichir nos réflexions lors de l’examen du projet de loi bioéthique et du PLFSS 2020.

Close