"Le nouveau baccalauréat doit aboutir à un véritable saut qualitatif"

"Le nouveau baccalauréat doit aboutir à un véritable saut qualitatif"

« Le nouveau baccalauréat doit aboutir à un véritable saut qualitatif »

 

Le ministre Jean-Michel Blanquer présentait aujourd’hui en Conseil des ministres la réforme du baccalauréat. Cette nouvelle formule était rendue nécessaire par la progressive dévalorisation dont l’examen faisait l’objet : des mentions trop nombreuses, des compétences peu identifiées, un fonctionnement lourd, un système de rattrapage peu lisible.

« Le nouveau baccalauréat devra à ce titre relever plusieurs défis, le premier étant celui d’un saut qualitatif. Il est primordial que la nouvelle épreuve permette de sanctionner des compétences plus précises, mieux mises en valeurs et qu’elle en développe de nouvelles. C’est notamment l’objet du grand oral qui a été annoncé. »

Nadia Essayan, députée du Cher, membre de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation

 

Les députés du Mouvement Démocrate sont donc satisfaits des annonces faites par le ministre de l’Éducation nationale. Outre l’instauration d’un grand oral, la prise en compte du contrôle continu permettra de diminuer l’aléa dû à la concentration des épreuves. La suppression des filières, qui avaient le désavantage de cloisonner les élèves dans leur cursus, conduira à restaurer un véritable tronc commun d’enseignement général, conformément à la mission du lycée d’offrir à chacun une culture commune.

Enfin, le groupe MoDem relève l’importance d’accompagner cette réforme du baccalauréat par une révision du parcours lycéen. En ce sens, les mesures proposées, qui doivent affirmer en même temps l’autonomie et la spécialisation progressive des élèves, vont dans la bonne direction.

Close