Le Premier Ministre ferme face à la violence et au hooliganisme social

Le Premier Ministre ferme face à la violence et au hooliganisme social

Le Premier Ministre ferme face à la violence et au hooliganisme social

Le Premier Ministre a su condamner, avec toute la fermeté nécessaire, les violences inacceptables qui ont eu lieu ce week-end à l’occasion de l’Acte VIII des gilets jaunes. Le dispositif annoncé par Edouard Philippe pour rétablir l’ordre républicain permettra d’engager le Grand débat national dans des conditions indispensables de sérénité. Les évolutions législatives autorisant à sanctionner le hooliganisme social seront soutenues par le groupe Mouvement Démocrate et apparentés.

Selon Patrick Mignola, Président du groupe Mouvement Démocrate et apparentés et député de Savoie : « Par leurs exactions à l’égard des forces de l’ordre, qui font preuve d’un sang-froid et d’un professionnalisme remarquables, mais aussi des représentants du peuple ou des journalistes, ces individus se sont mis en dehors de tout cadre de dialogue. Tous ceux qui entendent, sous couvert d’un gilet jaune, semer la violence, l’anarchie et le chaos, trouveront face à eux un État, prêt à défendre l’ordre républicain sans sourciller, comme l’a montré ce soir le Premier Ministre ».

« Les gilets jaunes sont encore majoritaires au sein de ce mouvement à ne pas avoir été contaminés par la violence et c’est avec eux que nous voulons parler. Les portes du grand débat, dans chaque territoire, leurs sont plus que jamais grandes ouvertes, pour peu qu’ils s’inscrivent, sans aucune ambiguïté, dans la condamnation des violences de ces dernières semaines. Le respect de la démocratie, des Institutions et du bien public, est un préalable indispensable pour avoir une discussion qui doit être à la fois franche et constructive », poursuit-il.

« Ce grand débat national doit être l’outil permettant de transformer la crise de ces dernières semaines en une chance pour notre pays, en mettant autour de la table tous ceux qui souhaitent, gilets jaunes ou pas, redéfinir un avenir en commun. Nous souhaitons qu’il débouche sur un nouveau contrat social, fiscal et démocratique. Cela ne pourra avoir lieu que dans le calme et le respect du droit », conclut-il.

Close