Les machines à voter : bientôt de retour dans nos bureaux de vote ?

Les machines à voter : bientôt de retour dans nos bureaux de vote ?

Les machines à voter : bientôt de retour dans nos bureaux de vote ?

Paris, le 4 février 2021,

Les machines à voter : bientôt de retour dans nos bureaux de vote ?

Nous venons de franchir un pas important en matière électorale ! La commission des Lois vient, en effet, d’adopter à l’unanimité l’amendement au projet de loi portant report des élections départementales et régionales que je portais et qui demandait la présentation d’un rapport sur l’utilisation des machines à voter. Ce rapport, j’y veillerai, sera donc remis par le Gouvernement au Parlement à l’automne prochain et devrait, enfin, nous éclairer sur les enjeux entourant cette question.

Car depuis 2008, un moratoire incompréhensible bloque l’utilisation de ces équipements sans motif véritable ! Les machines à voter sont, à tort, l’objet de craintes et de fantasmes sans fondement ;  les gouvernements successifs se sont bornés à en restreindre l’usage sans présenter d’étude démontrant leur dangerosité présumée. Pourtant, elles sont utilisées par près d’une soixantaine de communes, soit 1,4 million d’électeurs, et n’ont produit aucun contentieux à ce jour.

Les élus locaux qui ont recours à ce dispositif le disent : les machines à voter sont fiables ; elles ne sont pas connectées et ne peuvent donc faire l’objet d’un piratage. Les machines à voter sont écologiques ; elles permettent de réduire le volume de propagande électorale utilisée pour les scrutins. Les machines à voter sont pratiques ; elles ne nécessitent pas une organisation logistique très lourde et suppriment l’étape du dépouillement qui, nous le savons, peut être interminable et donner lieu à des suspicions de fraude. Il est donc grand temps de les écouter de lever un tabou inexplicable. C’est l’ambition que nourrit le groupe Démocrate ; les machines à voter constituent, pour nous, un outil de renouvellement du vote et permettraient de lutter contre le fléau de l’abstentionnisme. D’ailleurs, un sondage réalisé par OpinionWay en avril 2018 indique que près de 91% des électeurs sont satisfaits de ces équipements.

Ainsi donc, l’obstacle purement administratif ne tient plus ; il n’est pas justifié et ne correspond ni aux attentes des élus, ni à celles des citoyens. Le recours à ces équipements fiables et écologiques s’impose d’autant plus dans le contexte sanitaire que nous connaissons ! Il est désormais plus qu’urgent de moderniser nos outils électoraux pour permettre à nos concitoyens d’exercer leur droit de vote en toute sécurité et ainsi assurer la continuité de l’expression démocratique. J’entends poursuivre mon travail dans cette voie en déposant un amendement, fruit de ma collaboration avec plusieurs élus, notamment le maire de Villeneuve-le-Roi, Didier Gonzales, visant à supprimer la condition d’autorisation préfectorale qui empêche les communes de se doter de machines à voter.

Close