Loi de programmation militaire : "Le groupe MoDem a porté des amendements destinés à compléter la vision stratégique de la France"

Loi de programmation militaire : "Le groupe MoDem a porté des amendements destinés à compléter la vision stratégique de la France"

Loi de programmation militaire : « Le groupe MoDem a porté des amendements destinés à compléter la vision stratégique de la France »

Découvrez le discours prononcé par Fabien Lainé à l'occasion du vote solennel de la loi de programmation militaire :

[Seul le prononcé fait foi]

Ce projet de loi de programmation militaire est l’expression d’une prise de conscience. La conscience de menaces qui ont changé sinon de nature au moins d’intensité et qui sont plus complexes et imprévisibles que jamais. Et ces menaces nous obligent. Elles nous obligent à nous engager, à bâtir, à préférer l’union à la division et la coopération au repli. Ce projet porte ces valeurs et ces principes d’engagement, de construction ou de reconstruction, d’union et de coopération. C’est pourquoi mon groupe du Mouvement Démocrate et apparentés en est très satisfait.

Ce texte consacre la remontée en puissance de nos armées vers l’objectif décidé et assumé par le Président de la République de porter notre effort de défense à 2% du PIB à l’horizon 2025. Au-delà de ce chiffre, elle répond à une exigence stratégique et aux attentes légitimes de nos militaires, en permettant de réparer et de renforcer un outil de défense aujourd’hui très sollicité.

Pour conclure ces heures de débats en commission et en séance publique, je voudrais attirer votre attention sur quatre dimensions essentielles de ce texte que nous avons ensemble, amendé, enrichi et amélioré.

Premièrement, nous ne pouvons pas ignorer la violence du monde et le contexte international qui fait peser sur la France et sur l’Europe de lourdes menaces. La Revue stratégique d’octobre dernier a analysé finement ce contexte et préparé les choix de la LPM en termes de priorités et d’équipements, à commencer par l’engagement indispensable de conserver toute la crédibilité de la dissuasion nucléaire. Celle-ci est la clé de voûte de notre outil de défense et un instrument important de notre légitimité dans le concert des nations.
Le Groupe MoDem est fier d’avoir porté des amendements destinés à compléter la vision stratégique de la France exprimée par la Revue stratégique et cette LPM, et notamment ceux invitant à mieux prendre en considération les stratégies dites « intégrales » de certains acteurs, qui intègrent et articulent les manœuvres de conquête économique et culturelle au moins autant que les manœuvres de conquête militaire. Nous pensons que la France doit proposer une réponse à ces stratégies.

L’année 2021 marquera un nouveau temps fort. Elle sera le moment de l’actualisation de la LPM et dans cette perspective, notre groupe rappelle la nécessité de s’appuyer non seulement sur le contexte macroéconomique d’alors mais aussi sur le contexte stratégique en perpétuelle évolution pour que les décisions soient prises en fonction des menaces et des besoins stratégiques et opérationnels, et pas seulement des moyens budgétaires.

Deuxièmement, et pour répondre à ces défis, ce texte entérine avec ambition et lucidité un modèle d’armée équilibré qui affirme l’autonomie stratégique de la France tout en assumant la nécessaire coopération européenne.
Le renouvellement et la modernisation des capacités opérationnelles charnières, les moyens et les effectifs supplémentaires alloués au Renseignement, à la Cyberdéfense et à la Direction Générale de l’Armement, comme le soutien à notre industrie de défense, sont autant d’éléments complémentaires, qui garantissent notre autonomie stratégique.

Mais notre groupe se réjouit aussi des ambitions européennes portées par le texte. En ces temps d’incertitude sur l’avenir de notre continent, il est crucial d’envoyer à nos partenaires le message d’une France qui prend ses responsabilités tout en ayant la lucidité d’assumer le choix de la coopération. Nous le voyons bien, nous avons besoin de nos partenaires européens au Sahel, en Libye, en Ukraine. Il est donc temps, comme le veut la LPM, de donner corps aux initiatives de coopération européenne pour que l’Europe qui protège ne soit plus une chimère mais une réalité.

J’en viens à mon troisième point : notre groupe veut saluer la sincérité de ce texte.
Certes, une partie importante de l’effort d’augmentation des moyens budgétaires et des effectifs porte sur l’après-quinquennat, ce qui appelle notre vigilance collective, mais le gouvernement a pris soin de prévoir une revoyure en 2021 pour préparer en responsabilité, avec le Parlement, la fin de la programmation.

Surtout, la sincérité de cette loi s’exprime sur le plan budgétaire par le recours exclusif à des crédits budgétaires, ce qui tranche avec la LPM précédente, et par l’augmentation réaliste de la provision dédiée au financement des opérations extérieures, alors que celles-ci font aujourd’hui principalement l’objet d’un financement interministériel assez aléatoire et opaque.

Enfin, je voudrais évoquer la quatrième dimension essentielle de cette LPM qu’est la condition militaire. La résilience de nos armées, et ce faisant de notre pays lui-même, passe nécessairement par le bien-être de nos militaires. Ils sont le coeur de nos armées, ils sont la priorité. Nul besoin de rappeler le courage au péril de leur vie de nos soldats au Sahel ou ici sur le territoire français il y a quelques jours encore pour s’en convaincre : ils méritent aussi toute notre reconnaissance. Ce texte, à cet égard, est très satisfaisant, par exemple en développant leur équipement de protection personnelle et en leur ouvrant des droits politiques.

Mes collègues et moi-même sommes d’ailleurs fiers d’avoir animé le débat, en commission et en séance, sur la participation des militaires à la vie politique locale, qui nous parait une belle avancée démocratique.

Vous l’aurez compris, notre groupe soutient avec enthousiasme ce projet de loi ambitieux, lucide et sincère, pour nos armées et pour notre pays.

Close