Loi de programmation militaire : "Une véritable ambition pour nos armées"

Loi de programmation militaire : "Une véritable ambition pour nos armées"

Loi de programmation militaire : « Une véritable ambition pour nos armées »

Lors du Conseil des ministres du 8 février 2018, la ministre des Armées a présenté un projet de Loi de programmation militaire (LPM) portant sur la période 2019-2025, avec un horizon d’ambition porté à 2030.

Les LPM déterminent les objectifs de la politique de défense et établissent une programmation pluriannuelle des dépenses militaires nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Depuis 2008, chaque loi de programmation militaire fait systématiquement suite à un travail d’étude approfondie de l’environnement stratégique de la France et de réflexion sur la politique de défense et les moyens nécessaires pour s’y adapter. Le Président de la République a opté en 2017 pour une Revue stratégique de défense et de sécurité nationale. Cette Revue a tiré les leçons de l’évolution d’un contexte stratégique instable et imprévisible, marqué par une menace terroriste durablement élevée, la simultanéité des crises, l’affirmation militaire de puissances établies ou émergentes, l’affaiblissement des cadres multilatéraux et l’accélération des bouleversements technologiques.

Adoptant les conclusions de cette Revue, le gouvernement a proposé une LPM portant une ambition de renouveau pour les forces armées, en termes budgétaires, avec pour objectif de porter l’effort national de défense à 2% du PIB à l’horizon 2025, comme d’effectifs, avec le recrutement net de 6 000 personnes sur la période.

Cette LPM se structure autour de quatre axes qui sont autant de priorités :

  • Améliorer les conditions de vie des militaires pour permettre de remplir les missions opérationnelles de manière durable et soutenable ;
  • Renouveler et moderniser les capacités opérationnelles les plus critiques des armées, avec un accent mis sur les capacités de renseignement et cyber ;
  • Garantir notre autonomie stratégique et construire les conditions d’une autonomie stratégique européenne ;
  • Innover et se transformer pour répondre aux défis futurs.

L’Assemblée nationale, et en particulier sa Commission de la défense nationale et des forces armées, doivent désormais examiner ce texte en première lecture. Les députés mènent ainsi, depuis deux semaines, une série d’auditions de personnalités clés du ministère des Armées et de l’industrie de défense, afin d’éclairer l’avis des députés. Le groupe MoDem a parallèlement mis en place un groupe de travail qui mène ses propres auditions et travaux afin de contribuer positivement à l’examen et l’amélioration de ce projet de loi important.

Le groupe MoDem soutient ce projet de loi qui porte une véritable ambition pour nos armées alors que l’on perçoit bien la permanence voire la croissance des menaces qui pèsent sur notre pays et notre continent. S’il ne manquera pas de proposer des améliorations à ce texte, il soutient les quatre axes qui le structurent, à commencer par la priorité donnée à l’amélioration des conditions de vie des personnels militaires et civils qui animent notre outil de défense. La coopération européenne nous parait également un axe incontournable, tant du point de vue opérationnel qu’industriel.

Le groupe MoDem salue par ailleurs l’effort de sincérisation budgétaire qui sous-tend ce projet mais restera toutefois vigilant quant à l’application effective de cette programmation militaire, alors qu’une part importante de l’effort, en matière budgétaire comme d’effectifs, porte sur l’après 2022, soit après la fin du quinquennat.

Close