NASH : "Pour lutter contre l’obésité, il est nécessaire de renforcer les actions de sensibilisation"

NASH : "Pour lutter contre l’obésité, il est nécessaire de renforcer les actions de sensibilisation"

NASH : « Pour lutter contre l’obésité, il est nécessaire de renforcer les actions de sensibilisation »

Lors de la séance de questions au gouvernement, Aude Luquet a alerté Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, au sujet de la "maladie du soda" et de sa prévention. La députée de Seine-et-Marne a ainsi appelé à multiplier les actions de prévention auprès du public et des professionnels de la santé afin de lutter contre cette maladie silencieuse.

Retrouvez la vidéo et le texte de sa question, ainsi que la réponse de la ministre :

 

[Seul le prononcé fait foi]

Un à deux millions de Français sont aujourd’hui atteints par la « NASH », maladie hépatique non alcoolique liée au surpoids, plus communément appelée « maladie du soda ». Peu connue, cette maladie pourrait devenir, d’ici 2020, la première cause de greffe du foie devant l'hépatite C.  

Résultat d’une surcharge du foie en graisse, cette pathologie est, notamment, provoquée par une consommation excessive de boissons sucrées. Cette épidémie qui se développe lentement ne présente aucun symptôme. Lorsque des signes de fatigue apparaissent, il est souvent trop tard et ce d’autant que les médecins ne disposent d’aucun traitement. La greffe d’un foie devenant alors inévitable. 

Face à ce mal nouveau qui se propage insidieusement par le contenu de nos assiettes, nos marges de manœuvre reposent principalement sur la prévention. Acquérir les bons réflexes alimentaires se joue dès le plus jeune âge car la probabilité d’être un adulte obèse est proche de 100% quand on l’a été enfant.

Pour lutter contre l’obésité, il est nécessaire de renforcer notre stratégie nationale en menant des actions de sensibilisation à destination du public et des professionnels de la santé. La 1ere journée internationale de la « NASH » est d’ailleurs prévue le 12 juin prochain. 

De nouveaux outils pour le consommateur sont apparus mais ils restent insuffisants. Nous devons aller plus loin et j’espère, à titre personnel, que mes collègues saisiront l’occasion, avec l’examen de la loi pour une alimentation saine et durable, d’améliorer l’information du consommateur en rendant par exemple obligatoire le Nutri-Score dans les publicités. 

Ma question est donc la suivante : quel est aujourd’hui l’état de la recherche sur la « NASH » et quelles mesures entendez-vous prendre pour sensibiliser et lutter contre cette maladie pour qu’elle ne soit plus silencieuse. 

Close