"Ne confondons pas politique familiale et politique sociale"

"Ne confondons pas politique familiale et politique sociale"

« Ne confondons pas politique familiale et politique sociale »

Retrouvez la question adressée par Nathalie Elimas au Premier ministre au sujet de l'universalité des allocations familiales :

Monsieur le Premier ministre,

Pendant plus de 50 ans, notre politique familiale a reposé sur le principe de l’universalité. Cela signifie qu’elle s’adressait à tous les Français, sans aucune distinction d’origine, sans aucune distinction sociale. Elle reposait par conséquent sur l’idée que chaque enfant est une chance et une richesse pour la France, pour son avenir, pour notre avenir, et ce, quelles que soient les ressources dont disposent ses parents.

Or, ce consensus a été mis à mal sous le précédent quinquennat, à travers la modulation des allocations familiales en fonction des ressources et les deux baisses du quotient familial.

La ministre des Solidarités et de la Santé a présenté des priorités fortes en matière de politique familiale, que nous saluons et que nous soutiendrons dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 examinée prochainement par notre Assemblée.

Parce qu’il n’est de richesse pour une Nation que ses enfants, les députés du groupe Modem sont profondément attachés à la famille et à la politique familiale, et en particulier à son caractère universel. Il est, à nos yeux, essentiel de réparer l’erreur qu’a commise François Hollande en confondant politique sociale et politique familiale.

Le groupe Modem soutient la volonté du gouvernement de redonner à France une politique familiale forte et puissante, qui ne pourra passer que par un retour au principe fondateur qu’est l’universalité des allocations familiales.

Pourriez-vous, Monsieur le Premier ministre, nous préciser la position du gouvernement sur ce point ?

Close