Niche parlementaire du groupe Les Républicains : communiqué du groupe Mouvement Démocrate et apparentés

Niche parlementaire du groupe Les Républicains : communiqué du groupe Mouvement Démocrate et apparentés

Niche parlementaire du groupe Les Républicains : communiqué du groupe Mouvement Démocrate et apparentés

Ce jeudi 11 juin, l’Assemblée nationale examine les propositions de loi de la niche parlementaire du groupe Les Républicains. Sur les six propositions de loi déposées, cinq d’entre elles entendent réduire ou exonérer les entreprises de charges, taxes, impôts et cotisations. Ces propositions apparaissent plus comme une surenchère aux mesures mises en place par le Gouvernement depuis le début de la crise du Covid-19, que comme un plan cohérent de relance de l’économie.

La droite républicaine, tiraillée entre ses appétits populistes et son sens de l’équilibre budgétaire, semble avoir été séduite par les théories insoumises de l’endettement perpétuel.

Face à la crise du Covid-19, la France a choisi de préserver le tissu économique et social, « quoiqu’il en coûte », en ayant recours à un endettement massif. Néanmoins, cette dette record doit être appréhendée avec responsabilité.

Si le groupe Mouvement Démocrate et apparentés partage les objectifs auxquels entend répondre ces propositions de loi, il considère que ces réponses sont inadaptées. Les baisses de TVA proposées par le groupe Les Républicains ont déjà montré par le passé leur inefficacité : ce n’est pas parce que la TVA baisse que les prix baissent. Quant aux différentes exonérations de charges proposées, leur caractère général englobant tous les secteurs économiques manque de pertinence, alors qu’il faudra au contraire une approche secteur par secteur, en fonction de leurs inégales difficultés.

Les risques auxquels sont confrontés chaque entreprise, chaque secteur, chaque territoire, du fait de cette crise inédite, ne peuvent se satisfaire de réponses issues des matrices idéologiques prêtes à l’emploi du siècle passé. Le défi majeur de la relance économique du pays ne peut être contenu dans l’étroitesse d’une unique journée de débats parlementaires, ni dans celle de la seule question de la baisse des impôts.

Le troisième projet de loi de finances rectificative, débattu dans les prochains jours, puis le plan de relance, que le groupe MoDem et apparentés espère voir annoncé rapidement, seront l’occasion de réponses mieux adaptées à la préservation de l'emploi face aux diverses difficultés rencontrées par les entreprises.

Close