Notre-Dame-des-Landes : "Une décision de raison, issue d'une méthode de concertation exemplaire"

Notre-Dame-des-Landes : "Une décision de raison, issue d'une méthode de concertation exemplaire"

Notre-Dame-des-Landes : « Une décision de raison, issue d’une méthode de concertation exemplaire »

 

Le Premier ministre a annoncé ce jour le choix du gouvernement de privilégier le réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique au projet de Notre-Dame-des-Landes. Cette annonce, qui tranche avec cinquante années d’incertitudes et de non-décisions, est à mettre au crédit du gouvernement. Malgré un contexte local tendu, l’État est parvenu à initier une médiation à l’issue de laquelle il est apparu que les conditions n’étaient pas réunies pour mener à bien le projet initial.

Le réaménagement de Nantes-Atlantique, allié au développement des autres aéroports régionaux et de la complémentarité avec les liaisons ferroviaires, permettra d’accompagner la croissance du grand ouest, sans rien sacrifier de nos engagements environnementaux. Le départ progressif des occupants illégaux d’ici au printemps prochain permettra à ce territoire de retrouver sa vocation agricole et de tourner la page avec dix années de non-droit.

 

« Historiquement, nous avions affiché notre scepticisme vis-à-vis du projet de Notre-Dame-des-Landes, peu convaincus que cet équipement réponde aux besoins d’aménagement de ce territoire. Nous saluons donc cette décision, à la fois forte et raisonnable.

Mais, au-delà de la décision, nous voulons surtout féliciter la méthode. Le Premier ministre a pris le temps, à la fois de considérer les impératifs environnementaux, économiques et techniques, et de rencontrer tous les élus concernés.

Quelle qu’eût été la décision, nous savions qu’il y aurait des mécontents. Des déçus, même. Mais il n’y a aujourd’hui ni perdants ni gagnants. C’est le choix assumé d’un gouvernement auquel s’offraient deux options. C’est un choix éclairé grâce à la méthode employée. C’est aussi un choix qui acte la préoccupation de l’exécutif et de notre majorité pour l’environnement. Et c’est un choix qui redonne une perspective de développement aux habitants de l’ouest après près de cinquante ans d’immobilisme. » 

Marc Fesneau, président du groupe MoDem et apparentés

 

« La vraie victoire est le retour de l’action politique après la parole politique : il a été annoncé qu’il y aurait une décision, celle-ci est prise. Désormais, la poche de résistance de Notre-Dame-des-Landes n’a plus de raison d’exister. Je souhaite un retour à l’ordre le plus rapidement possible et je demande à ce que la RD 281 symbole de cette opposition soit ré-ouverte dans les prochaines heures pour que le territoire de Notre Dame des Landes retrouve le giron de la République. » 

Sarah El-Haïry, députée de Loire-Atlantique

Close