OTAN : "Il ne s’agit plus de relancer la construction européenne mais d’oser l’indépendance européenne"

OTAN : "Il ne s’agit plus de relancer la construction européenne mais d’oser l’indépendance européenne"

OTAN : « Il ne s’agit plus de relancer la construction européenne mais d’oser l’indépendance européenne »

Lors de la séance de questions au gouvernement, et au lendemain du sommet de l'OTAN, Jean-Louis Bourlanges a interpelé le gouvernement sur la nécessité de réagir à la remise en cause fondamentale, par le président Trump, de la politique internationale des États-Unis. Le député des Hauts-de-Seine a également insisté sur la nécessité d'affirmer une indépendance européenne à la hauteur des défis auxquels elle est confrontée militairement, judiciairement et commercialement.

Retrouvez la vidéo et le texte de sa question ainsi que la réponse de la ministre :

 

[Seul le prononcé fait foi]

Chaque jour qui passe apporte la démonstration que le Président Trump a choisi de procéder à une remise en cause fondamentale, à ce qu’en d’autres temps John Foster Duless avait appelé, sans y croire, « une révision déchirante » de la politique des États-Unis telle qu’elle avait été définie il y a plus de soixante-dix ans par le Président Truman et poursuivie depuis lors avec un plein succès.

Cette politique reposait sur un principe simple : l’affirmation sans relâche de la solidarité humaniste, économique et militaire des deux piliers de la démocratie mondiale que sont, de part et d’autre de l’Atlantique les peuples européens et américains. Les trois piliers de cette solidarité s’appellent l’Alliance atlantique, l’Union européenne et l’Organisation multilatérale des échanges. Ce qui a permis le succès de l’action de redressement entreprise sur les décombres de deux Guerres mondiales ça a été la réhabilitation voulue par la France, encouragée par les Etats-Unis d’une Allemagne institutionnellement démocratisée, militairement protégée et politiquement unifiée, une Allemagne devenue un partenaire de première grandeur dans une double communauté européenne et atlantique.

Le président Trump a décidé de piétiner cet héritage, d’agresser ses amis et de flatter ses ennemis, d’opposer les peuples européens entre eux au lieu de les unir, de tourner le dos à tous les principes d’organisation multilatérale, de préservation de l’environnement et de défense des droits fondamentaux qui forment le cœur de notre engagement collectif et le ciment de la solidarité occidentale.

Nous ne pouvons plus nous voiler la face. Nous devons opposer à ces tentatives absurdes d’autodestruction de ce que nous avons fait de meilleur dans notre histoire des réponses qui soient à la hauteur des nouveaux défis qui nous sont lancés :

  • Militairement pouvons-nous, M. le Ministre face au désengagement moral et bientôt opérationnel des Etats-Unis en Europe nous satisfaire d’une initiative de défense certes bienvenue mais totalement sous-dimensionnée. Ne devons-nous pas imaginer un concept nouveau de défense européenne, recalibrer avec nos partenaires nos objectifs et nos moyens en terme de protection comme de projection ?
  • Judiciairement, pouvons-nous nous accommoder plus longtemps de la compétence prétendue universelle des Etats-Unis en matière de transaction financière, dès lors que le, gouvernement américain décide de s’affranchir unilatéralement d’obligations définies en commun ? N’est-il pas plus que temps d’articuler avec nos partenaires le début d’une vraie stratégie d’affranchissement de l’imperium judiciaire des Etats-Unis ?
  • Commercialement nous voyons bien l’intérêt qu’il y a à ne pas entrer dans le jeu de l’escalade protectionniste voulue par le président Trump et nous n’avons aucune raison de nous affranchir sur ce point d’un devoir de solidarité avec les Allemands qui sont plus directement frappés que nous par les mesures américaines. Mais nous devons savoir, comme les Chinois en font la démonstration que seule la fermeté est respectée par notre interlocuteur américain.

Il ne s’agit plus de relancer la « construction européenne », mais et c’est un autre défi, d’oser l’indépendance européenne.

Close