Philippe Berta nommé co-rapporteur de la loi sur la bioéthique

Philippe Berta nommé co-rapporteur de la loi sur la bioéthique

Philippe Berta nommé co-rapporteur de la loi sur la bioéthique

 

Philippe Berta, député MoDem du Gard et Président du groupe d’études de l’Assemblée nationale sur les maladies rares, a été nommé co-rapporteur du projet de loi bioéthique, au cours de la Commission spéciale qui s’est réunie aujourd’hui.

Philippe Berta sera chargé du titre 3 « Appuyer la diffusion des progrès scientifiques et technologiques dans le respect des principes éthiques », relatif notamment à l’examen des caractéristiques génétiques, du traitement algorithmique des données de santé et de l’enregistrement de l’activité cérébrale et du titre 4 « Soutenir une recherche libre et responsable au service de la santé humaine », relatif, entre autres, à la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires et à la recherche responsable en lien avec la médecine génomique.

Le député du Gard se dit « très heureux d’être nommé rapporteur sur deux titres du projet de loi relatif à la bioéthique. Outre les dispositions relatives à la PMA, ce texte contient des enjeux majeurs pour la recherche, le diagnostic et l’innovation en santé. La science connait actuellement une phase de progrès exponentiel qui ouvre d’immenses opportunités. Je serai très attentif à garantir le meilleur accès de nos chercheurs et de nos patients à toutes les nouvelles techniques dans le respect des principes éthiques qui sont les nôtres et fondent notre société. »

Cinq autres députés du groupe Mouvement Démocrate et apparentés font partie de la Commission spéciale : Michèle de Vaucouleurs, députée des Yvelines, sera l’oratrice du groupe sur ce texte et sera accompagnée de Nathalie Elimas (Val-d’Oise), Cyrille Isaac-Sibille (Rhône), Brahim Hammouche (Moselle) et Bruno Fuchs (Haut-Rhin).

Éléments biographiques de Philippe Berta :
Généticien, biochimiste, biologiste moléculaire de formation, Philippe Berta est député de la 6ème circonscription du Gard et président du groupe d’études de l’Assemblée nationale sur les maladies rares.

Il débute sa carrière scientifique comme chercheur au CNRS, puis chercheur invité à l’Imperial Cancer Research Fund où il participe activement à la découverte du gène de la détermination sexuelle masculine. De retour en France en 1991, il devient chef d'équipe au CNRS et directeur de recherche à l'Inserm.

Passionné de pédagogie, Philippe Berta rejoint en 1998 l’université de Montpellier II, puis celle de Nîmes qu’il dirige et dont il obtient l’autonomie. Il y créé la filière sciences de la vie, un incubateur biotech, et l’institut méditerranéen des métiers liés à la longévité. Il y dirige depuis 2003 le master régional de biotechnologie Biotin, en sa qualité de professeur des universités de classe exceptionnelle. Dans ce diplôme, il contribue à y développer des modules pédagogiques innovants autour de la création d’entreprise.

Parallèlement à ses activités académiques, il s’investit dans le lancement de plusieurs startups et participe à la création du pôle de compétitivité santé Eurobiomed dont il est le secrétaire. En 1998, il fonde également le réseau des écoles de l’ADN de Nîmes, qu’il préside toujours à ce jour.

Close