Projet de loi "Harkis"

Projet de loi "Harkis"

Projet de loi « Harkis »

Première lecture

Jeudi 18 novembre 2021, les députés ont adopté en 1ère lecture le projet de loi visant à la Reconnaissance de la nation et réparation des préjudices subis par les harkis, rapatriés et leurs familles.
 
Selon la Ministre déléguée à la Mémoire et aux anciens combattants, Geneviève Darrieussecq, « ce projet de loi n’a pas vocation à dire l’histoire ni à décrire les souffrances (…) c’est la vocation des historiens, voire de la future commission nationale. (…) nous savons tous que la réparation ne peut pas tout ; elle n’efface pas les souvenirs douloureux, elle ne guérit pas les traumatismes. La réparation consiste, pour la collectivité nationale, à reconnaître ses fautes, ses manquements, et à tenter de les compenser au mieux et de rétablir un pan de justice. Le travail de reconnaissance mémorielle doit se poursuivre inlassablement pour mieux faire connaître à la France entière et à tous les Français l’histoire des harkis ».

Philippe Michel-Kleisbauer, orateur du groupe

Pour Philippe Michel-Kleisbauer, ce projet de loi « harkis » permet à la France d’ouvrir « la voie du pardon, de la justice et du droit à l’honneur », en « affirmant, pour la première fois, la volonté de réparer les préjudices causés par les conditions particulièrement précaires et dégradantes de leur accueil en France ».



 
« Nous avons donné naissance à des générations marquées par la colère », a-t-il estimé, citant l’ancien Ministre de la Défense, François Léotard : « le chemin de la colère n’est pas celui de la justice ».

Close