Plan pauvreté : "Nous devons offrir aux sans-abri un parcours de reconstruction qui leur permette de s’en sortir durablement"

Plan pauvreté : "Nous devons offrir aux sans-abri un parcours de reconstruction qui leur permette de s’en sortir durablement"

Plan pauvreté : « Nous devons offrir aux sans-abri un parcours de reconstruction qui leur permette de s’en sortir durablement »

Lors de la séance de questions au gouvernement, Aude Luquet a interpellé le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, au sujet du "plan pauvreté" présenté par le président de la République. La députée de Seine-et-Marne a insisté sur la nécessité de proposer des mesures d'accompagnement de long terme aux sans-abri, pour leur permettre de sortir durablement de leur situation et de retrouver un emploi.

Retrouvez le texte et la vidéo de sa question, ainsi que la réponse du ministre :

 

[Seul le prononcé fait foi]

Le président de la République a présenté mercredi dernier la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté. De nombreuses mesures fortes ont été annoncées et un accent particulier a été mis sur la prévention de la précarité en faveur des plus jeunes pour les protéger de l’exclusion. En effet un sans-abri sur quatre serait passé par l’aide sociale à l’enfance.

Or si le renforcement de la prévention de la précarité chez les jeunes est indispensable, il convient de ne pas oublier les milliers de femmes et d’hommes qui dorment aujourd’hui dans la rue. Selon différentes études, certainement sous estimées, ils sont près de 150 000 en France et plus de 3500 à paris. En 10 ans, le nombre de sans-abri a augmenté de plus de 50% et 2000 d’entre eux meurent chaque année, avec une espérance de vie moyenne de 49 ans.

Qui peut accepter cette situation indigne de la 5ème puissance économique mondiale ?

Aujourd’hui de nombreux acteurs partagent le même constat alarmant: le nombre de personnes demandant à bénéficier d’une place en hébergement d’urgence n’a jamais été aussi important. Face à cela, l’annonce par le ministère du logement d’une baisse de 57 millions d’euros sur quatre ans des crédits alloués aux Centres d’hébergement de réinsertion sociale (CHRS), suscite des inquiétudes, ces centres proposant un véritable accompagnement social vers le logement.

En effet, on ne plus se contenter comme l’ont fait les gouvernements qui nous ont précédé de mettre les sans domiciles fixes à l’abri l’hiver et les remettre à la rue le reste de l’année sans les accompagner dans un parcours de reconstruction qui puisse leur permettre de s’en sortir durablement.

Ma question est donc la suivante, quelles mesures concrètes le gouvernement entend-il mettre en œuvre pour que la promesse, tant de fois faites en vain ces dernières années que plus aucune personne ne dorme dans la rue soit tenue et pour donner à ces femmes et ces hommes une chance de retrouver une place digne dans notre société ?

Close