QAG de Richard Ramos sur la concentration des centrales d'achat dans l'agroalimentaire

QAG de Richard Ramos sur la concentration des centrales d'achat dans l'agroalimentaire

QAG de Richard Ramos sur la concentration des centrales d’achat dans l’agroalimentaire

Question au Gouvernement de Richard Ramos, député du Loiret et secrétaire général adjoint du Mouvement Démocrate, relative à la concentration des centrales d'achat dans l'agroalimentaire, et la réponse du Ministre de l'agriculture et de l'alimentation :

 

Seul le prononcé fait foi,

 

Monsieur le Président,

Chers Collègues,

Monsieur le Ministre de l’Agriculture,

 

En ce mercredi et jusqu’à la fin février, bon nombre d’entreprises et de représentants agricoles sont en discussion avec la grande distribution dans ce que l’on appelle « les boxes de négociation. »

Pour ma part, je parlerais plutôt des boxes de l’étranglement où les salariés des hypermarchés touchent des primes pour acheter les denrées encore et encore moins chères que l’année précédente.

Il y a quelques mois, une grande enseigne a déréférencé du jour au lendemain une marque produite par nos paysans français, parce que l’entreprise a refusé, excusez le terme, de « baisser le pantalon. » J’ai décidé d’aller porter publiquement quelques paquets de ce produit honteusement éjecté des rayons à l’enseigne en question. Par ce geste, je voulais m’inscrire dans la continuité du combat que bon nombre de Députés de tous bords politiques ont mené durant les Etats Généraux de l’Alimentation. Je pense à André Chassaigne, Sébastien Jumel, François Ruffin, Dominique Potier, Jean-Baptiste Moreau, Thierry Benoit, Julien Dive, Vincent Descoeur, Jean-Yves Bony… et tous ceux que le temps ne permet pas de nommer.

Si la loi issue des EGA n’est pas parfaite, et j’en suis conscient, nous devons, comme une impérieuse nécessité, continuer à débattre ici, dans cette noble assemblée, pour que son esprit perdure, celui de favoriser les échanges, la montée en gamme des productions françaises mais avec une juste rémunération.

Quand Monsieur Michel Edouard Leclerc nous a dit il y a quelques jours que les députés devraient venir faire un stage dans les supermarchés, je lui réponds que lui, c’est un comble, ses supermarchés qui étranglent le prix vers le bas, en étranglant l’agriculture française, alors je vous le dis monsieur le Ministre de l’agriculture, que comptez-vous faire pour pouvoir faire en sorte que la concentration des centrales d’achats ne continue pas à tuer l’agriculture française et les PME de l’agroalimentaire ?

 

Je vous remercie.

 

Close