QAG du 29/03/21

QAG du 29/03/21

QAG du 29/03/21

A l'occasion de la séance des QAG du mardi 29 décembre les députés démocrates ont interrogé le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation sur plusieurs sujets.

Intervention de Nicolas Turquois

Nicolas Turquois a interrogé le ministre sur la réforme de la politique agricole commune (PAC). Il a notamment attiré son attention sur la déclinaison du plan stratégique national des arbitrages de la nouvelle PAC sur la période 2023-2027, et a rappelé l'importance des financements européens. En ce sens, il évoque les nombreux enjeux qui permettront à l'agriculture de faire face à son avenir : le développement des territoires, la compétitivité et la rentabilité des exploitations, la transition agroécologique etc. Mais il souhaite également insisté sur la nécessité d'être « attentif aux équilibres économiques de chacun ». Il demande au ministre de « proposer des évolutions en termes de paiement comme d'exigences réglementaires » mais qui doivent permettre à chaque agriculteur « de dégager un revenu décent ».

Intervention de Yolaine de Courson

Yolaine de Courson a interrogé le ministre sur l'instauration d'un chèque « bien manger ». Elle décrit ce dernier comme « un véritable levier pour la transition agroécologique de notre agriculture ». Elle rappelle notamment ses bénéfices pour le climat, pour la santé globale, et enfin « pour la cohésion sociale, en particulier rurale; car nous serons tous par notre consommation aux côtés de nos agriculteurs pour une meilleure rémunération».  Elle fait part de l'attente des Français sur la mise en place de ce chèque et demande et ainsi au ministre le calendrier de sa mise en oeuvre.

Intervention de Richard Ramos

Richard Ramos a interpellé le ministre sur l'indication de l'origine du lait et dénonce les pratiques de certains industriels afin de modérer leurs coûts. Il évoque notamment le cas de Lactalis qui a fait retirer le décret qui obligeant les industriels à indiquer la provenance de leur lait. « Nous devons mesurer notre responsabilité, votre responsabilité, eu égard à la confiance que nous accorde le monde agricole » a t-il déclaré. Il ainsi demandé au ministre quelles mesures seraient prises face à cette décision et ces pratiques.

Close