QAG relative à la participation des jeunes au Grand débat national - Marguerite Deprez-Audebert

QAG relative à la participation des jeunes au Grand débat national - Marguerite Deprez-Audebert

QAG relative à la participation des jeunes au Grand débat national – Marguerite Deprez-Audebert

Question au Gouvernement de Marguerite Deprez-Audebert, députée du Pas-de-Calais, relative à la participation de la jeunesse au grand débat national.

 

  • Afficher / Masquer le texte de l'intervention
    Seul le prononcé fait foi,

    Ma question s’adresse à M. Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Éducation natio-nale et de la Jeunesse.

    M. le Ministre, plus que jamais, la jeunesse a soif d’engagement.

    Alors que nous cherchons tous à trouver les voies et moyens pour faire adhérer les jeunes au Grand Débat National, voilà que depuis plusieurs semaines, de jeunes européens, en France, en Allemagne ou encore en Belgique se mobilisent tous les vendredis pour interpeller les pouvoirs publics sur l’urgence à agir pour enrayer le changement climatique.
    Forts de leurs idées, ces étudiants comptent présenter une nouvelle revendication au Gouverne-ment chaque vendredi.

    Dans ma région des Hauts-de-France, trois jeunes ingénieurs ont mis en place un logiciel appelé « Entendre la France », compatible avec Messenger. Cet outil de conversation en ligne, adapté aux jeunes générations, permet de discuter avec des utilisateurs et de récupérer leurs idées pour ali-menter le Grand débat.
    D’ores et déjà en moins de trois semaines, ce sont plus de 140 000 contributions qui ont été ré-coltées. Parmi les participants, 51% d’entre eux ont moins de 25 ans.
    Cet exemple monsieur le ministre est un exemple parmi d’autres de la volonté de la jeunesse de s’engager et de s’investir dans les débats qui doivent décider de l’avenir de notre pays. A cette demande il faut que nous apportions une réponse.

    L’engagement peut prendre des formes très diverses : plateformes participatives, rassemblements, mais aussi la recherche de formes plus profondes, comme l’engagement physique ou même spiri-tuel dans des causes qui les dépassent.
    Comment le Gouvernement reçoit-il ces différentes volontés d’engagement ?
    Quelle suite compte-t-il donner à ces jeunes qui l’interpellent et qui attendent des réponses des pouvoirs publics ?

    Je vous remercie pour votre réponse.

Close