QAG relative à l'agression de la Présidente de la Cour d'Assise de Versailles - Jean-Noël Barrot

QAG relative à l'agression de la Présidente de la Cour d'Assise de Versailles - Jean-Noël Barrot

QAG relative à l’agression de la Présidente de la Cour d’Assise de Versailles – Jean-Noël Barrot

 

Question posée par Jean-Noël Barrot, député des Yvelines et secrétaire générale du Mouvement Démocrate, à Nicole Belloubet, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, au sujet de l'agression subie par la Présidente de la Cour d'Assise de Versailles.

  • Afficher/masquer le texte de l'intervention
    [Seul le prononcé fait foi]

    Monsieur le Président,

    Mesdames et Messieurs les ministres,

    Mes chers collègues,

    Ma question s’adresse au Premier Ministre,

    Et j y associe Laurence Vichnievsky

    Monsieur le Premier Ministre,

     

    Hier matin vers 9h30, deux individus casqués se sont présentés au domicile de la Présidente de la Cour d'Assise de Versailles et l'ont attaquée violemment au visage. Une agression d’une lâcheté inouïe qui a choqué la communauté des magistrats et avec elle toute la nation, et que nous condamnons la plus grande fermeté.

    Hier c'est l'institution judiciaire tout entière que l’on a frappé au visage. Ce sont les magistrats qui s’acquittent de leur mission dans des conditions difficiles et sans faire parler d’eux. Mais quand on s'en prend à un représentant de l’État, c'est la République toute entière que l'on brutalise.

    Ce sont les forces de l’ordre,policiers et gendarmes régulièrement victimes de violence dans l’exercice de leurs fonctions. Ce sont les sapeurs-pompiers professionnels et volontaires qui ont bravé tous les dangers pour sauver Notre Dame des flammes,qui portent secours aux personnes tous les jours et dans tous les territoires. 2800 d'entre eux ont été victime d'une agression en intervention en 2017.

    Ce sont les enseignants et les professeurs, tout entiers attachés à leur mission, qui se retrouvent en première ligne face aux situations sociales les plus difficiles, face à des élèves et des parents qui en font des boucs émissaires. Ce sont les personnels hospitaliers épuisés par les injures, les menaces et les coups. Plus de 1000 agressions signalées en 2018 par les médecins victimes de violences de la part de patients ou d’accompagnateurs, jusqu'aux agressions récentes à l'hôpital Saint Antoine à Paris.

    Quand on s'en prend à un professeur, à un pompier, à un policier, à une magistrat: c'est la République tout entière qui est agressée. Monsieur le Premier Ministre, que comptez-vous faire pour sécuriser nos institutions et leurs représentants, face à une augmentation des agressions violentes et gratuites à leur égard,alors que nous leurs devons toute notre reconnaissance ?

Close