QAG relative à l'incendie du C.H.U de Pointe-à-Pitre - Justine Bénin

QAG relative à l'incendie du C.H.U de Pointe-à-Pitre - Justine Bénin

QAG relative à l’incendie du C.H.U de Pointe-à-Pitre – Justine Bénin

 

Question posée par Justine Bénin, députée de la Guadeloupe, à Christelle Dubos, secrétaire D’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé au sujet de la situation de la Guadeloupe en terme d'offre médicale.

 

  • Afficher/masquer le texte de l'intervention
    Seul le prononcé fait foi,

    Merci Monsieur le Président,
    Madame la ministre des Outre-mer,
    Madame la ministre des Solidarités et de la Santé,
    Il y a bientôt deux ans que s’est produit l’incendie du CHU de la Guadeloupe.
    Il y a quelques semaines, une mission d’expertise tirait la sonnette d’alarme sur les conditions de travail, de santé et de sécurité des personnels soignants du CHU, mais aussi sur l’impossibilité des médecins d’exercer correctement leur mission en raison du manque de moyens.
    Cette situation du quotidien est insatisfaisante et a des conséquences graves sur la prise en charge des populations, beaucoup faisant même le choix de partir se soigner ailleurs.
    Mes chers collègues, la population guadeloupéenne est très inquiète.
    Si la population guadeloupéenne est réputée pour sa résilience, en supportant des conditions souvent difficiles, nous ne pouvons-nous résigner à la situation actuelle. Il indispensable d’agir au plus vite pour maintenir la confiance dans nos institutions de santé, aujourd’hui sérieusement affaiblie.
    Alors bien sûr, des plans d’action se sont succédés, avec le soutien de l’Etat, des collectivités, et l’engagement sans failles du directeur du CHU Monsieur Gérard Cotellon.
    En outre, le plan « ma santé 2022 » montre de réelles ambitions visant notamment à accélérer le rattrapage de la qualité du système de sante par rapport à l’hexagone et à dynamiser l’attractivité des territoires ultra-marin pour les professionnels de santé.
    Mais où en est-on concrètement aujourd’hui ? Malgré les efforts engagés, la délocalisation partielle, le manque de moyens humains et matériels, les graves dysfonctionnements organisationnels, ont plongé la Guadeloupe dans un état d’urgence sanitaire.
    Madame la ministre, comment envisagez-vous d’aider le CHU à apurer la dette fournisseur qui est devenue un véritable virus, qui risque d’affecter le nouvel hôpital en construction ?
    Alors que la loi d’organisation et de transformation du système de santé est actuellement discutée au Parlement, quels sont les leviers que l’Etat va actionner pour améliorer le quotidien des personnels et des patients ? Surtout, quels moyens humains et financiers supplémentaires seront mis en œuvre pour assurer à la population guadeloupéenne une prise en charge médicale optimale ? Je vous remercie.

Close