QAG relative à un bouclier social européen - Philippe Latombe

QAG relative à un bouclier social européen - Philippe Latombe

QAG relative à un bouclier social européen – Philippe Latombe

Question au Gouvernement de Philippe Latombe, député de Vendée, relative au bouclier social européen, proposé par le Président de la République Emmanuel Macron dans sa tribune européenne.

  • Afficher / Masquer le texte de l'intervention
    Monsieur le Président,
    Madame la ministre de l’Europe,
    Mes chers collègues,

    Par une tribune publiée hier dans tous les pays de l’Union européenne, le Président de la République a tenu à s’adresser aux peuples d’Europe.
    Ses propos sonnent comme un discours de mobilisation alors que nous connaissons un moment d’urgence marqué par la montée des populismes, des doutes quant à la survie même de l’Union dans son intégrité avec le Brexit, ainsi qu’une compétition internationale intense qui oblige plus que jamais l’Europe à agir de concert.
    Les élections européennes qui approchent sont pour toutes ces raisons un moment de choix non pas seulement pour notre pays mais surtout pour l’idée que nous avons de l’Europe.
    Le Président de la République l’a rappelé, nous devons profiter de ces élections pour proposer aux peuples européens un projet ambitieux, à la hauteur même de l’idéal qui fût celui des pères fondateurs, idéal résumé par la formule d’une « Renaissance européenne ».
    Nous le savons, les défis sont immenses, protection du continent, défense de nos libertés et progrès communs.
    La France porte depuis longtemps cette idée d’une Europe qui se soucie de la sécurité de ses frontières, du bien-être et du progrès pour ses citoyens, de la préservation de ses principes civilisationnels, à commencer par la liberté.
    Le groupe Mouvement démocrate s’inscrit pleinement dans cette ambition et cette philosophie, en particulier au travers de la proposition de créer un bouclier social, idée qui reprend à elle seule les trois ambitions que nous propose le Président de la République.
    Par cette mesure, il s’agit de protéger les travailleurs, tout en leur laissant la liberté de travailler dans l’espace communautaire et de pouvoir évoluer dans leur parcours professionnel, à la faveur des échanges tant technologiques qu’économiques que cela rend possible.
    Ce bouclier social rendrait contraignant certains principes du Socle européen des droits sociaux, proclamé par les institutions européennes, le 17 novembre 2017, et irait même au-delà. Avancer sur cette question, Madame la ministre, constituerait un pas majeur. Comment le Gouvernement français compte-t-il poser ce sujet au centre des discussions européennes ?

Close