QAG relative au coût du logement dans les zones tendues - Isabelle Florennes

QAG relative au coût du logement dans les zones tendues - Isabelle Florennes

QAG relative au coût du logement dans les zones tendues – Isabelle Florennes

 

Ce mardi 14 mai, Isabelle Florennes, porte-parole du groupe et députée des Hauts-de-Seine, a interrogé Julien Denormandie, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, chargé de la Ville et du Logement au sujet de la politique du logement en France et notamment sur d'éventuelles mesures différenciées.

  • Afficher/masquer le texte de l'intervention
    Seul le prononcé fait foi,

    Merci Monsieur le Président,
    Mes chers collègues,
    Ma question s’adresse à Monsieur le ministre chargé de la Ville et du Logement,
    Monsieur le Ministre,
    On a fait dire beaucoup de choses au mouvement des « Gilets Jaunes », on lui a prêté des intentions, une parole qui n’était pas la sienne. Mais une chose est sûre, ce mouvement est la traduction des nombreuses difficultés que connaissent nos concitoyens. Je veux revenir, aujourd’hui, sur l’une d’elle en particulier car elle ne m’a pas semblé faire l’objet d’une attention particulière. Elle est pourtant la matrice de toutes les autres, je veux parler de la difficulté à se loger. Le logement reste, en effet, aujourd’hui, le premier poste de dépense d’un foyer et a, nous l’entendons régulièrement de la part de nos concitoyens, des conséquences directes sur l’emploi, le pouvoir d’achat, la mobilité et, in fine, le développement durable.
    En Ile-de-France, territoire de ma circonscription, cette problématique prend une ampleur et une forme particulières. L’équation y est demeurée insoluble, jusqu’ici : une densité urbaine variable sur le territoire – environ 26 000 habitants/km² pour Paris contre 9000 habitants/km² en banlieue – un foncier jugé, malgré tout, en pénurie, des prix qui s’envolent chaque année sous l’effet d’une spéculation sans bornes à Paris – +6% en 2018 – et des écarts qui se creusent avec les prix en petite et grande couronne.
    Monsieur le Ministre, après la promulgation de la loi ELAN, vous avez confié à mon collègue Jean-Luc Lagleize, une mission sur le foncier et la spéculation foncière afin de poursuivre les travaux entamés autour de la stratégie logement du Gouvernement.
    Dans cette perspective, comment envisager une politique foncière qui tienne compte des spécificités de nos territoires ? Je pense ici à l’Ile-de-France, Monsieur le Ministre, mais cela vaut pour les autres métropoles : ces territoires ont besoin d’outils spécifiques, d’une politique différenciée. Monsieur le Ministre, la loi ELAN a permis de nombreuses avancées mais la situation des zones tendues appelle d’urgence d’autres solutions. Quelles sont les propositions du Gouvernement en la matière ?
    Je vous remercie.

Close