Question au Gouvernement relative à ArianeGroup - Bruno Millienne

Question au Gouvernement relative à ArianeGroup - Bruno Millienne

Question au Gouvernement relative à ArianeGroup – Bruno Millienne

Mardi 13 novembre 2018, Bruno Millienne, député des Yvelines, a interrogé la Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, sur l'annonce par ArianeGroup de la suppression de 2300 postes en son sein d'ici 2022.

Retrouvez en vidéo l'intégralité de sa question, et la réponse de la Ministre.

 

 

Seul le prononcé fait foi,

 

Monsieur le Président,

Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation,

2.300 emplois à supprimer sur les 5 prochaines années.

C’est la perspective annoncée pour le fleuron de l’aérospatial que constitue ArianeGroup en raison de « la fin du développement d’Ariane 6 » et je cite « d’un contexte européen défavorable ».

2.300 suppressions d’emplois : C’est l’équivalent en nombre, des ingénieurs de très haut niveau et autres personnels qu’emploie le groupe dans les Yvelines, sur ma circonscription.

Vous comprendrez qu’une telle annonce peut susciter quelques inquiétudes, que je sais partagées, même si la réduction d’effectifs devrait reposer notamment sur le non-remplacement de départs à la retraite.

Les premiers concernés, ce sont naturellement les employés, pour lesquels nous portons, nous la France, aux côtés de nos partenaires européens, une responsabilité particulière dont on ne saurait se dédouaner.

ArianeGroup, c’est avant tout une « aventure européenne », l’histoire d’une coopération amorcée de longue date autour de la question spatiale. A elle seule, elle emploie 9.000 personnes en France et en Allemagne.

Alors que les commémorations du centenaire de l’armistice ont été l’occasion de rappeler l’aspiration des peuples européens à une union sans cesse plus étroite, on ne saurait se satisfaire du sort réservé à la coopération européenne en matière spatiale.

Certes des efforts de compétitivité sont nécessaires et nos industries sont prêtes à les faire mais elles ont aussi et surtout besoin de nous, de notre engagement fort à leurs côtés et plus globalement aux côtés de l’ensemble des acteurs de la filière aérospatiale européenne et de son indépendance. 

Aussi, Madame la ministre, j’aimerai savoir comment le gouvernement français entend accompagner le plan de compétitivité d’ArianeGroup afin de limiter les suppressions d’emplois ?

Quelles assurances les États-membres ont-ils prévu d’apporter aux industriels européens dans la concurrence déséquilibrée à laquelle l’Europe doit faire face ? Je pense en particulier au « Buy American Act » des États-unis. 

Enfin : Que propose la France pour l’adoption d’une stratégie ambitieuse à même de garantir la souveraineté spatiale européenne à laquelle je nous sais, sur ces bancs, tous attachés ?

Je vous remercie !

 

Close