Question au Gouvernement relative aux biocarburants - Bruno Duvergé

Question au Gouvernement relative aux biocarburants - Bruno Duvergé

Question au Gouvernement relative aux biocarburants – Bruno Duvergé

Question au Gouvernement de Bruno Duvergé, député du Pas-de-Calais, relative au soutien à la filière des biocarburants en France et réponse de François de Rugy, Ministre de la Transition écologique et solidaire.

 

Seul le prononcé fait foi,

 

Merci M. le Président,

Ma question s’adresse à M. le Ministre d’Etat en charge de la Transition écologique et solidaire.

Monsieur le Ministre d’Etat,

Hier, le président de la République a détaillé sa stratégie et sa méthode en matière de transition énergétique avec le souhait de rassembler l’ensemble des Français autour de cette ambition commune.

Il est en effet crucial, c’est la position de notre groupe et celle, je l’espère, de nombreux députés assis sur tous les bancs de notre Assemblée, de ne pas opposer la France des Villes à la France des Campagnes, la France des Métropoles à la France des Bourgs et des zones périurbaines.

Comme nous l’entendons tous les jours dans nos circonscriptions, beaucoup de nos concitoyens se sentent exclus de la transition énergétique alors qu’ils sont, eux-mêmes, les premiers concernés. C’est eux qui, parce qu’ils sont contraints de se servir de leur voiture quotidiennement, ont acheté des véhicules diesel et c’est à eux qu’on dit aujourd’hui : « votre véhicule est polluant, vous devez en changer et, en plus, vous paierez plus cher le gazoil ! »

Or, des solutions concrètes existent aujourd’hui pour convertir des véhicules roulant au diesel ou à l’essence en véhicules roulant aux biocarburants. Techniquement, cela nécessiterait juste l’usage d’un adaptateur.

Mais du biocarburant, énergie non polluante et économique, filière dans laquelle la France est en avance, il n’en a pas été question dans le discours d’hier.

Quant à la future loi sur les mobilités, hormis un chapitre sur le seul biométhane liquéfié, elle demeure silencieuse à ce sujet.

Pourtant, les transports de l’avenir ne pourront pas fonctionner qu’avec la seule électricité, plus adaptée au milieu urbain. Ils devront fonctionner également avec le bioéthanol et le biodiesel.

Monsieur le ministre, ces solutions ne seraient-elles pas une issue intermédiaire à la conversion des véhicules de nos concitoyens qui se révèleraient à la fois beaucoup moins coûteuses pour les Français et plus faciles à mettre en œuvre ?

 

Close