Question d'actualité relative aux conseillers consulaires - Frédéric Petit

Question d'actualité relative aux conseillers consulaires - Frédéric Petit

Question d’actualité relative aux conseillers consulaires – Frédéric Petit

Lors de la séance des Questions au Gouvernement du 14/11/18, Frédéric Petit, Député des Français établis en Allemagne, Europe centrale et balkanique, a interrogé Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, sur l'avenir des conseillers consulaires, représentants locaux, élus, des Français établis hors de France.

Seul le prononcé fait foi,

 

Ma question s’adresse à Monsieur le Premier Ministre, et au ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères :

Nous allons bientôt reprendre les travaux sur la réforme de nos institutions, pour une république toujours plus proche de ses citoyens.

En tant que député représentant les français établis à l’étranger, je souhaite que ces débats puissent aboutir à une modernisation de la représentation des 3 millions de français en mobilité internationale.

Nous le savons tous, notre présence à l’étranger est réelle, visible et sollicitée, en particulier par nos trois réseaux que j’appelle la présence active de la France, des Français et des francophiles dans le monde : présence active dans l’économie, présence active dans l’éducation, présence active dans la culture.

Et il y a également, ce que j’appellerai notre « réseau démocratique », c’est-à-dire la représentation de nos citoyens établis à l’étranger.

Je ne parle pas uniquement de la représentation au Parlement mais également des élus de terrain. Car oui, ils existent, ils sont 443, répartis dans le monde entier : Ils sont appelés les conseillers consulaires.

Ils sont sensés jouer un rôle auprès de nos postes diplomatiques, de notre réseau d’enseignement, ils sont élus par nos concitoyens. Je dis « sensés », car leur mandat ne fait pas consensus.

Le ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères a d’ailleurs lancé une large consultation au début de l’année, pour réfléchir à une nouvelle architecture cohérente de la représentation des français établis à l’étranger, avec des élus locaux, et des parlementaires.

Monsieur le Premier Ministre, pouvez-vous d’abord nous dire quelles sont les pistes pour la représentation parlementaire de nos concitoyens à l’étranger dans le cadre de la réforme constitutionnelle ?

Ne serait-il pas finalement opportun d’aligner dans le temps la réforme de la constitution et celle de la représentation locale, j’allais dire territoriale des français établis à l’étranger, en y impliquant pleinement les élus consulaires et parlementaires ?

 

Je vous remercie.

Close