Recherche française : une loi de programmation pluriannuelle pour plus de stabilité et d’efficacité

Recherche française : une loi de programmation pluriannuelle pour plus de stabilité et d’efficacité

Recherche française : une loi de programmation pluriannuelle pour plus de stabilité et d’efficacité

Le 1er février 2019,

 

L’annonce ce matin par le Premier Ministre d’une loi de programmation pluriannuelle pour la recherche effective dès 2021, à l’occasion des 80 ans de la création du CNRS est une excellente nouvelle pour la Recherche française.

Le choix d’élaborer à l’issue d’une grande consultation préalable, répartie en 3 groupes de travail réunissant scientifiques français et étrangers, directeurs d’organismes de recherche publics, présidents d’université, acteurs industriels et parlementaires, permettra de mettre sur la table l’ensemble des problèmes auxquels est confronté le monde de la Recherche depuis des décennies.

Philippe Berta, généticien et député MoDem du Gard, fera partie du groupe de travail consacré aux ressources humaines. Il se dit « très enthousiaste » vis-à-vis de cette annonce, qui, selon lui « permettra à la Recherche de disposer d’une réelle visibilité sur ses moyens et ce, sur plusieurs années. Une telle programmation ajoute une stabilité bienvenue, là où, ces dernières décennies, le budget de la Recherche était chaque année une variable d’ajustement qu’il fallait négocier pied à pied. A l’instar des entreprises, les chercheurs et les organismes de recherche ont besoin de stabilité pour vouloir rester ou s’installer en France », explique-t-il.

 « Cette loi doit nous permettre d’améliorer la valorisation de la recherche scientifique, la pérennité de son financement public et le statut des chercheurs ainsi que leur mobilité, mais aussi de faciliter la mise en place de grands projets de recherche public – privé, au sein par exemple des pôles de compétitivité. Enfin, nous allons pouvoir penser la recherche française du XXIe siècle. C’est une nouvelle page qui s’ouvre, un travail exigeant et passionnant qui commence. Le CNRS ne pouvait rêver mieux comme cadeau d’anniversaire pour ses 80 ans. » conclut-il.

 

 

 

Close