Jérusalem : "La France doit se poser en force d’équilibre en redonnant aux acteurs les moyens d’un dialogue équitable"

Jérusalem : "La France doit se poser en force d’équilibre en redonnant aux acteurs les moyens d’un dialogue équitable"

Jérusalem : « La France doit se poser en force d’équilibre en redonnant aux acteurs les moyens d’un dialogue équitable »

Lors de la séance de questions au gouvernement, Bruno Joncour a interrogé Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, au sujet de l'inauguration de la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem et de la situation à Gaza au lendemain des scènes de violence inouïe auxquelles nous avons assisté. Le député des Côtes-d'Armor a ainsi appelé à une implication de la France dans la résolution de ce conflit, comme une force d’équilibre pour faire retomber la tension et que le Proche-Orient ne sombre pas dans une nouvelle guerre destructrice.

Retrouvez la vidéo et le texte de sa question, ainsi que la réponse du ministre :

 

[Seul le prononcé fait foi]

Monsieur le ministre, vous avez hier appelé à « éviter un nouvel embrasement » après les scènes d’une violence inouïe auxquelles nous avons assisté à la frontière entre le territoire palestinien de Gaza et l’Etat d’Israël, alors qu’était inaugurée la nouvelle ambassade des Etats-Unis à Jérusalem.

Le Président Mahmoud Abbas a parlé de son côté de « massacre ».

Force est de constater qu’il n’y a pas d’autre mot pour qualifier ce qui s’apparente à un usage pour le moins disproportionné de la force de la part de l’armée israélienne. Rien ne justifiait en effet un tel déploiement qui aboutit à plusieurs dizaines de morts et des milliers de blessés du seul côté palestinien.

Monsieur le ministre, dans ce contexte, la « responsabilité » que vous avez évoquée pour appeler chacun à la désescalade est d’abord du côté israélien et américain.

Dans cette partie du monde, si instable et toujours prête à s’embraser, on ne manie pas les symboles d’une main légère.

Aujourd’hui, tout est à craindre, comme l’a rappelé le secrétaire général de l’ONU, monsieur Gutierres.

Plus que jamais, alors que les Etats-Unis ont choisi d’abandonner leur position médiatrice, que le Premier ministre Israélien a décidé de pousser, croit-il, son avantage, la France doit, se poser en force d’équilibre en condamnant d’abord avec la plus grande fermeté les actes qui se sont produits et en redonnant aux acteurs les moyens d’un dialogue équitable.

Monsieur le ministre, quelles initiatives la France compte-t-elle prendre pour faire retomber la tension et que le Proche-Orient ne sombre pas dans une nouvelle guerre destructrice ?

 

Close