Surprise : la majorité des députés Les Républicains revient sur le principe de liberté d’installation des médecins.

Surprise : la majorité des députés Les Républicains revient sur le principe de liberté d’installation des médecins.

Surprise : la majorité des députés Les Républicains revient sur le principe de liberté d’installation des médecins.

Paris, le 21 mars 2019

 Au cours du troisième jour d’examen du projet de loi de transformation et d’organisation du système de santé, les Républicains se sont montrés particulièrement divisés sur la question de la liberté d’installation des médecins.

Se sont ainsi opposés hier soir, puis ce matin, en hémicycle, les « pro » et « anti » mesures coercitives à l’installation. Une grande majorité des députés Les Républicains présents dans l'hémicycle ont ainsi rompu avec la philosophie même de leur groupe, et au-delà, de la droite républicaine, en voyant dans la contrainte à l’installation par un conventionnement sélectif, la solution miracle aux déserts médicaux. Une position qui n’a pas manqué de s’attirer les foudres d’autres députés LR, en total désaccord.

Si Les Républicains ont fait le choix d’abandonner les médecins libéraux, le groupe Mouvement Démocrate et apparentés, par la voix de Cyrille Isaac-Sibille, député du Rhône et orateur du groupe sur ce texte, a quant à lui réaffirmé haut et fort son attachement à ce principe fondateur de la médecine libérale qu’est la liberté d’installation.

Selon Cyrille Isaac-Sibille : « Aujourd'hui, le constat est simple, moins de 15% des jeunes diplômés s'installent en "libéral". De telles mesures coercitives ne feraient qu'aggraver ce désamour. Nous soutenons plutôt une dynamique d'incitation et d'accompagnement des jeunes médecins pour faciliter leur installation, notamment vers les zones dites "sous-dense". C’est tout l'objet du projet de loi présenté par le Gouvernement ».

 

 

 

 

Close