"Un projet collectif au service d’une ambition commune, celui du “succès des armes de la France”"

"Un projet collectif au service d’une ambition commune, celui du “succès des armes de la France”"

« Un projet collectif au service d’une ambition commune, celui du “succès des armes de la France” »

À l'issue d'une commission mixte paritaire conclusive (accord entre l'Assemblée nationale et le Sénat), la loi de programmation militaire a été votée définitivement par les députés. Retrouvez le discours prononcé à cette occasion par Fabien Lainé, porte-parole du groupe sur ce texte.

 

[Seul le prononcé fait foi]

A l’aube de la mise en œuvre de la Loi de Programmation Militaire 2019-2025 que nous nous apprêtons à voter, je souhaitais vous associer, avec les membres du groupe MoDem et apparentés, à notre réflexion sur l’esprit de cette loi pour répondre au fond aux seules questions qui nous portent en cette assemblée: quelle ambition et quelle méthode ?

Lors de nos campagnes, il y a un peu plus d’un an, nous évoquions un objectif de 2% du PIB consacré à l’effort de défense à l’horizon 2025. A la manœuvre, il fallait alors décider ; 2%, bien, mais pour quoi faire ?

Bien à l’évidence, nous nous étions engagés pour un “outil de défense complet, moderne et puissant, mis en œuvre par des armées réactives et tournées vers l’avenir”.

Mais c’est le processus qui nous mène aujourd’hui à l’examen définitif de ce projet de loi de programmation militaire - débattu, amendé, négocié - qui nous a permis d’affiner cette ambition :

Cette ambition est celle d’un redressement budgétaire sécurisé et sincère.

Ce budget sécurisé c’est plus de 7 milliards d’euros en moyenne de plus par an que sur la période 2014-2018. Sécurisé, il l’est par sa programmation et par l’ajout de clauses de sauvegardes budgétaires utiles et raisonnés.

Sincère, il l’est par la responsabilité des arbitrages interministériels quant au surcoût OPEX/MISSINT. Il l’est encore sur le rejet d’une programmation alimentée par les recettes exceptionnelles.

Nous nous porterons garants de cette sincérité à laquelle, Madame la Ministre, vous nous associez.

Cette ambition budgétaire appuie une ambition pour des moyens matériels et humains renforcés.

Si d’autres que moi les synthétisent, notre groupe souhaite néanmoins souligner l’ambition scientifique et industrielle qui se dégage de ce texte, d’ores et déjà mise en mouvement dans notre ambition européenne commune, en particulier avec nos voisins allemands et britanniques sur l’étendue du spectre aéroterrestre.

Partant, ces ambitions ne s’entendent qu’au service d’une vision stratégique que nous avons souhaité renforcer.

Nous vous avons accompagné dans la définition des risques émergents qui font l’objet d’un consensus sur ces bancs: le nucléaire tactique, l’espace extra-atmosphérique, le cyberespace. Nous saurons vous accompagner pour nous permettre, collectivement, d’aller au bout de la Revue Stratégique qui s’affinera de la dialectique contemporaine dont nous sommes les acteurs. Forts de notre histoire et de notre ambition européenne, évitons la montée aux extrêmes; gardons-nous contre l’extension du domaine de la Guerre.

Secouée par la menace terroriste, notre ambition n’oublie pas la réalité du continuum sécurité-défense au cœur duquel se trouve le principe de résilience.

Nous avons souhaité renforcer les conditions de vie des militaires pour souligner l’importance des vertus humaines dans l’adversité; par analogie, la vertu morale d’un peuple se construit dans la force des liens qui unissent ses membres.

Ici, nous portons l’ambition d’un lien Armée-Nation renforcé dans les droits et devoirs des citoyens à son égard; dans l’implication de la sphère privée à l’effort collectif, dans le renforcement des compétences et fonctions du citoyen-soldat dans la réserve à hauteur du soldat-citoyen dans la vie publique et celle de la reconnaissance due aux anciens combattants.

Notre ambition, enfin, est d’inscrire ces objectifs dans le temps ; s’adapter, innover toujours pour imposer notre tempo sans jamais subir celui de l’adversaire.

Nous saluons ainsi la volonté assumée d’associer le parlement à cette ambition collective ; nous préparerons avec vous le rendez-vous de 2021 ; nous assumerons par ailleurs haut notre responsabilité esquissée en matière de renseignement et d’évaluation de la politique publique en ce domaine.

De là, l’ambition rejoint la méthode. Dans la préparation comme dans la conduite de la Loi, dans laquelle nous serons à vos côtés, cette synergie est – nous l’avons démontré – la seule méthode du succès pour gagner les cœurs et les esprits.

C’est dans cet esprit de dialogue constant, rappelé par le travail apaisé et constructif au Sénat et en Commission Mixte Paritaire, que nous renouvelons pleinement notre confiance et soutien à ce projet collectif au service d’une ambition commune; celui du “succès des armes de la France”.

Associons-nous pour rappeler, mes chers collègues, que si nous forgeons la Loi, nos forces armées en sont les premières exécutantes et les premières bénéficiaires car elles en sont les premières gardiennes.

Classe guerrière au service de la paix de tout un peuple, nos soldats appréhendent plus que quiconque le prix qu’il en coûte dans la grandeur et la servitude de leur engagement.

Nous les soutenons aujourd’hui et demain de nos actions législatives, pour mettre fin à l’attrition budgétaire, pour redresser nos capacités, pour remettre le soldat – sa protection, ses conditions de vie et de combat, sa place dans la cité – au cœur de la fonction militaire, pour construire, enfin, une vision de l’avenir de la France en Europe et dans le monde.

De plume ou d’épée au service de la France, mes chers collègues, Monsieur le rapporteur, Madame la Ministre, Monsieur le Président, je vous remercie.

Close