Versement de la prime de naissance : la raison l’emporte

Versement de la prime de naissance : la raison l’emporte

Versement de la prime de naissance : la raison l’emporte

Paris, le 25 juin 2020


  Depuis plusieurs années, la politique familiale française a progressivement perdu de vue son objectif premier de soutien à la natalité et à la consolidation de la sphère familiale. La natalité en France est en constante diminution depuis 2012, année où ont été taillés dans le vif, quotient familial et universalité : 70 000 enfants de moins en 2019 qu’en 2014 soit 1,87 enfant par femme.

Pour Nathalie Avy-Elimas, députée du Val-d’Oise, vice-présidente du groupe Modem et rapporteure d’une mission d’information sur la politique familiale : « soutenir avec force la natalité et de manière générale les familles accueillant des enfants, est la condition du financement de notre modèle de protection sociale, et en particulier de la dépendance, à l’heure de la création d’une cinquième branche de la sécurité sociale ».

Aujourd’hui à l’Assemblée nationale, nous avons pu faire un premier pas important vers une politique familiale enfin à la hauteur des enjeux qui se dressent devant nous, en réformant la prime de naissance. Nous avons adopté à l’unanimitéla proposition de loi du député Gilles Lurton, qui acte le versement de cette prime avant la naissance de l’enfant et non plus après.

Cette mesure de bon sens, qui permet aux familles en difficulté de préparer plus sereinement l’accueil d’un enfant, avait déjà été défendue à plusieurs reprises à l’occasion des projets de loi de finances de la sécurité sociale par Nathalie Avy-Elimas.

Le groupe MoDem salue également l’adoption de ses deux amendements, le premier fixant la date de versement de la prime avant la fin du septième mois de grossesse et le second garantissant que les pouvoirs publics ne viendront pas en réclamer le remboursement en cas de décès de l’enfant né ou à naître.

Pour Nathalie-Avy Elimas : « Le travail parlementaire transpartisan a permis d’aboutir sur ce sujet. Il convient à présent de le poursuivre afin de remettre la famille au cœur de nos politiques sociales. C’est l’enjeu des propositions que je formulerai dans le rapport de la mission d’information qui rendra la semaine prochaine ses conclusions ».

Close