GAFAM : "Nos vies valent plus que leurs profils !"

GAFAM : "Nos vies valent plus que leurs profils !"

GAFAM : « Nos vies valent plus que leurs profils ! »

Lors de la séance de questions au gouvernement, et à la suite des révélations du New York Times, Patrick Mignola a interrogé Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique au sujet de l'exploitation de nos données personnelles par Facebook. Le député de la Savoie a alors souligné la nécessité d'établir un cadre démocratique, à l'échelle européenne, au développement des GAFAM.

Retrouvez la vidéo et le texte de sa question, ainsi que la réponse du secrétaire d'Etat :

 

[Seul le prononcé fait foi]

Il y a 48 heures, nous apprenions par le New York Times que Facebook avait livré les données personnelles de ses utilisateurs à des fabricants de smartphones.

Cette pratique abusive avait été relevée et interdite par le gendarme du commerce américain dès 2011. Mais Facebook n'aurait restreint ces accès qu'à partir d'avril 2018. Au moment du scandale Cambridge Analytica. Vos amis sur Facebook sont donc à leur insu les amis de Blackberry, Apple et Samsung.

L'adage se vérifie : quand c'est gratuit, c'est vous le produit ! Car le modèle du réseau social est d'abord fondé sur la vente de données.

Hier Apple annonçait bientôt bloquer le pistage des données sur ses appareils. Mais la puissance publique doit aussi réagir et protéger nos concitoyens dans leur vie privée. Car la démocratie est en jeu. Les géants d'internet ne paient pas d'impôts, diffusent des fake news, pillent les productions de presse. Et maintenant ils portent délibérément atteinte aux libertés publiques.

Nous avons bien sûr besoin d'un monde digital et des possibles qu'il ouvre. Mais cela ne l'exonère pas de respecter les règles.

C'est une révolution industrielle qui, comme toute révolution, porte en son sein des bienfaits et des dérives. Elle ne doit ni impressionner ni déstabiliser la démocratie. La machine à vapeur avait conduit à Germinal, l'électricité a éloigné des continents entiers du développement, le numérique rapproche les hommes mais monétisent leur vie privée. Mais nos vies valent plus que leurs profils !

Monsieur le secrétaire d'Etat, il est important que vous informiez la représentation nationale de l'état des négociations avec les GAFAM sur leur fiscalité, sur leur responsabilité pénale, sur les droits de la presse au sujet desquels je salue l'engagement de la ministre de la Culture. Et sur nos libertés fondamentales.

La solution est continentale, comme avec le RGPD, avec lequel l'Europe a créé un standard mondial de protection. Mais la technique dépasse vite les textes de lois, la créature peut dépasser son savant. Et l'Europe n'est jamais si belle que quand elle s'inspire des valeurs universelles des nations qui la composent.

Close