Patrick Mignola, invité de Face aux Chrétiens avec KTO TV, le 13/06/19

Patrick Mignola, invité de Face aux Chrétiens avec KTO TV, le 13/06/19

Patrick Mignola, invité de Face aux Chrétiens avec KTO TV, le 13/06/19

 

Patrick Mignola, président du groupe Mouvement Démocrate et Apparentés, était l'invité de Face aux Chrétiens, émission de KTO TV, La Croix, Radio Notre-Dame et RCF Radio, le jeudi 13 juin 2019.

Acte II du quinquennat :

Chacun sait, dans sa sensibilité, qu’il faut continuer à réformer le pays, mais il faut que les Françaises et les Français le ressentent mieux et qu’ils aient le sentiment que ce qui est décidé dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale puisse avoir un impact sur eux. "

Fiscalité :

Il fallait faire redémarrer économiquement le pays. La meilleure façon de faire baisser le taux d’impôt par rapport au PIB, ça peut être d’augmenter le PIB. "

Recomposition politique :

Je ne pense pas que la droite soit morte, que la gauche soit morte. C’est à eux de se repenser et ce serait utile pour la démocratie que la droite cesse de faire la course à la droite et la gauche cesse de faire la course à la gauche, et qu’ils réfléchissent un peu plus à ce qu’ils sont et à ce qu’ils doivent représenter dans le pays. "

Majorité :

Les deux mouvements de la majorité, LREM et MoDem, peuvent être tentés, et c’est un tort, par le fantasme du parti unique. La gauche a essayé, ça a mal fini. La droite a essayé, ça a mal fini. Vous ne ferez pas rentrer les Français dans une seule boîte où, pendant 5 ans, tout le monde devrait penser la même chose, d’où qu’il vienne et quel que soit son chemin. "

Collectivités territoriales :

Il faut désormais que sur le terrain, les élus locaux décident de leur avenir. Qu’on passe un nouveau contrat avec eux pour une fiscalité locale. Et qu’on leur laisse la main sur la définition des territoires. "

Réforme Constitutionnelle :

On a fait le constat que pour se marier, il faut être deux. C’est dans un accord entre le Sénat et l’Assemblée nationale qu’on pourra faire la révision constitutionnelle. Je regretterais beaucoup qu’on ne puisse pas le faire,car justement elle comporte la différenciation territoriale. Mais le Sénat est parti d’un principe qui est de dire «on ne s’accorde pas si on ne se met pas d’accord aussi sur la réduction du nombre de parlementaires»."

Bioéthique :

On parle de PMA, mais nous aurons à traiter cette loi de bioéthique avec beaucoup de sérénité et d’apaisement laquestion de la filiation dans notre pays: celle de l’anonymat des donneurs, la conservation des gamètes."

Dépendance :

Qu’il n’est jamais trop tard, mais qu’il est bien tard! Car c’était une question qui m’était posée quand j’étais jeune conseiller général dès 1998. Parce qu’on sait que dans pays, on vit plus longtemps, et tant mieux! Mais qu’il faut qu’on puisse vieillir dans la dignité et accompagner nos parents ou grands-parents dans la dignité."

Close