QAG du 23 novembre 2021

QAG du 23 novembre 2021

QAG du 23 novembre 2021

Difficultés de recrutement - Philippe Vigier

Philippe Vigier a interrogé la Ministre du Travail sur les difficultés de recrutement rencontrées actuellement sur le marché du travail. « Nous vivons un paradoxe », estime le député de l’Eure-et-Loir, puisque dans un contexte de forte croissance, « 1 million d’emplois sont disponibles », alors que « nous comptons également plus de 5 millions de chômeurs ».



Le vice-président du groupe s’interroge « est-il normal que dans cette France, le titulaire d’un contrat à durée déterminée à qui l’on propose un contrat à durée indéterminée au même niveau de rémunération puisse bénéficier de l’indemnisation chômage s’il refuse cette offre ? ». Pour répondre à cette situation, il demande « qu’une initiative nouvelle soit lancée, tendant à former les chômeurs directement dans les entreprises ».


Emploi de vacataires dans les hôpitaux - Bruno Millienne

Bruno Millienne a questionné le Ministre de la Santé sur l’emploi des vacataires dans les hôpitaux. Après avoir salué « la reprise en main de notre système de santé après des décennies d’abandon », considérant que « ces réformes indispensables commencent à porter leurs fruits ! », le député des Yvelines reconnaît que « ces réformes nécessitent du temps pour produire tous leurs effets alors que les besoins sont immédiats ».



A ce titre, il demande à Olivier Véran que puisse être généralisée sur l’ensemble du territoire nationale une initiative mise en place dans les Yvelines, permettant de financer « des vacations de médecins libéraux ou de jeunes retraités destinées à renforcer les équipes hospitalières, de pédiatrie notamment, lors des périodes de tension ».


 
Mise en oeuvre du droit voisin - Laurent Garcia

Laurent Garcia a choisi d’interpeller la Ministre de la Culture au sujet de la mise en œuvre de la loi sur le droit voisin au profit des agences et éditeurs de presse.



Rappelant la forte implication du groupe démocrate sur ce sujet, avec l’adoption de la proposition de loi de Patrick Mignola en 2019, le député de Meurthe-et-Moselle constate que les négociations les GAFAM et les professionnels de la presse devant aboutir à une juste rémunération de ces derniers pour l’utilisation de leurs créations par les géants du numériques, ne sont pas encore satisfaisantes. Président d’une mission d’information sur le sujet, il rappelle que la loi prévoit qu’« à défaut d’un accord trouvé dans un délai de six mois, la loi que nous avons votée prévoit la possibilité pour les parties à la négociation de saisir une commission placée sous l’autorité d’un représentant de l’État » et demande à Roselyne Bachelot si le Gouvernement se tient prêt à prendre ses responsabilités.

Close