QAG du 25/05/21

QAG du 25/05/21

QAG du 25/05/21

A l'occasion de la séance des QAG du 25 mai, les députés démocrates ont interrogé les ministres sur plusieurs sujets : le détournement d'un avion par la Biélorussie, la PAC et les langues régionales.

Intervention de Jean-Louis Bourlanges

Jean-Louis Bourlanges a interpellé le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur le détournement d’un avion par la Biélorussie, qu’il qualifie d’« acte de piratage d’une extrême gravité, qui remet en cause une des libertés fondamentales ». Il dénonce également l’action d’un dictateur directement orienté contre l’Union européenne. Le député des Hauts-de-Seine se réjouit  de la réponse ferme de l’Union européenne, mais souhaite également plusieurs éclaircissements sur cette dernière. Il questionne ainsi le ministre sur l’obtention nécessaire de la libération de Roman Protassevitch et de sa compagne ainsi que sur la fermeté de l’Union européenne qui « doit cesser d’être considérée comme le ventre mou du monde ».

Intervention de Nicolas Turquois

Nicolas Turquois a interrogé le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur la nouvelle politique agricole commune. Il a tenu a salué les premiers arbitrages du ministre sur la question, « un choix d’une grande stabilité des dispositifs d’accompagnement ». Il salue également les choix plus structurants qui ont été faits comme l’accompagnement pour la production de protéines végétales, la trajectoire de conversion à l’agriculture biologique ou encore l’aide au petit maraîchage. Il demande ainsi au ministre un éclaircissement sur ses intentions et sur les conséquences en termes de paiement pour les exploitations actuelles. Il souhaite également plus de détail sur les sujets qui n’ont pas encore été tranchés au niveau européen comme le plafonnement des aides ou la définition de l’agriculteur actif.

Intervention d'Erwan Balanant

Erwan Balanant a interrogé le ministre de l’éducation nationale sur les langues régionales. Il revient sur la censure du conseil constitutionnel de deux articles concernant la proposition de loi Molac, notamment sur l’enseignement immersif. « Une méthode qui a fait ses preuves depuis plus de 50 ans démontrant son efficacité pédagogique et humaine ». Il s’inquiète notamment du devenir du tissu associatif « qui a montré son excellence » sur ce sujet. « Au Modem nous sommes fiers d’appartenir à une famille politique qui a toujours protégé nos langues régionales notamment lorsque Bayrou a fait de ces établissements, des établissements privés sous contrats » déclare le député du Finistère. Il demande ainsi au ministre de clarifier sa position sur l’immersion, et les modalités du maintien des écoles immersives malgré la décision du conseil constitutionnel.

Close