QAG du 27 octobre 2020

QAG du 27 octobre 2020

A l'occasion des séances de QAG du mardi 27 octobre 2020, les députés MoDem et démocrates apparentés ont interrogé les membres du Gouvernement sur les relations avec la Turquie et la situation de la filière nationale de blé dur.


- La Présidente de la Commission des affaires européennes Sabine Thillaye a interrogé le ministre délégué chargé du commerce et de l'attractivité sur les propos « inacceptables » du Gouvernement turc et du président Erdogan à l'égard de la France et du président Emmanuel Macron. Elle s'inquiète des conséquences « néfastes » que cela pourrait avoir et plaide pour « une réaction européenne commune » qui doit « affirmer ses principes démocratiques et sa liberté de conscience » tout en évitant la surenchère. Elle souhaite par conséquent savoir que signifie le rappel de notre ambassadeur en Turquie et quelle réponse la France et l'Union européenne comptent-elles donner à ses manœuvres qu'elle qualifie « d'inacceptables ».

- Philippe Michel-Kleisbauer a attiré l'attention du ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la situation des céréaliers de blé dur dans plusieurs départements. Face aux restrictions d'utilisation de certains pesticides, de plus en plus de céréaliers décident, dans certaines régions, de céder leurs terres aux lavandiers, avec des conséquences négatives sur les usines locales de production de pâtes alimentaires, avec un fort risque de délocalisation si les cultures de blé dur continuaient à décroître. Le député souhaite ainsi des réponses concrètes du ministre pour pallier ce problème.

Brahim Hammouche a interpellé la ministre déléguée chargée de l'autonomie sur la pauvreté qui, avec la crise sanitaire, s'accentue en France. Il déplore notamment l'apparition de « nouveaux pauvres » comme les « auto-entrepreneurs et les artisans qui étaient jusqu'alors éloignés de la pauvreté ». S'il reconnaît que « l'Etat a été au rendez-vous » du soutien au pouvoir d'achat des plus précaires et salue la nouvelle dotation de 6 milliards d'euros du plan de relance, il a souhaité plusieurs précisions sur les mesures de l'acte II du plan de pauvreté censé aller plus loin encore dans la prise en charge des fragilités économiques et sociales.

Close